Das Nichts

Godes Yrre

01/04/2020

Autoproduction

Un petit tour par l’underground histoire de vérifier s’il est toujours aussi actif dans le monde. La réponse semble évidente, mais il convient de temps en temps d’aller prendre la température des scènes européennes, après trop de temps consacré à disséquer les sorties suédoises, norvégiennes, américaines, allemandes, et même françaises. Et une fois n’est pas coutume, j’ai évité l’Amérique du Sud et les Pays de l’est pour me rendre en Suisse, du côté de Zurich, pour suivre le parcours d’un projet assez atypique…Un projet qui d’ailleurs vit le jour à Cuba, avant de s’exiler en Europe, et un projet qui ne date pas d’hier malgré une discographie encore peu conséquente…Tête pensante du concept GODES YRRE (« La colère de Dieu », nom donné à Grendel dans le poème Beowulf), Abel Oliva Menéndez est donc cubain d’origine, menant sa barque dans les années 90 au sein de SECTARIUM, obscur combo de Death/Doom/Grind. A l’époque, le musicien souhaitait explorer de nouveaux horizons, et c’est à ces fins qu’il sa fini par enregistrer sa première démo A Divine Image, qui selon lui, fit « grand bruit dans l’underground ». Sans pouvoir mettre en doute sa parole, affirmons que cette nouvelle direction empruntée ne le fut pas longtemps, puisqu’il fallut attendre pas moins de deux décennies avant de retrouver trace du projet, avec la sortie en 2017 du premier volet d’un triptyque, Inside The Whale. S’ensuivirent Ghost Warriors en 2018, puis ce Das Nichts cette année, qui referme donc les portes de la thématique en trois. Trois albums parsemés de sept chansons de sept minutes à chaque fois (quoique l’homme triche légèrement, puisque quelques compositions dépassent les huit, mais pardonnons-le), soit 3 fois 7 fois 7, ce qui nous donne un total de 144, sans que je connaisse la signification de ce résultat. Mais restons sur le concept du triptyque (la sainte trinité), et du chiffre sept (la création du monde), et adoptons cette mystique religieuse au moment d’aborder la musique. Musique qui dans les faits résonne comme une messe personnelle à l’adresse de fans à confesse, qui réclament leur pénitence artistique.

Plus prosaïquement, et puisqu’il faut employer des mots clairs, sachez que l’orientation de GODES YRRE est plutôt multiple. De ses racines extrêmes des années 90, Abel a gardé la crudité du Death, la pesanteur du Doom, mais a copieusement assaisonné le tout d’influences Indus et EBM, pour proposer une sorte d’Industrial Death Doom qui n’est pas sans rappeler les moments de gloire de MEATHOOK SEED, les saillies les plus obscures de FRONTLINE ASSEMBLY, ou même certaines inflexions du CEREBRAL FIX des nineties. Le tout est évidemment réalisé seul, at home, avec une programmation qui se sent dès les premiers coups de la rythmique, une guitare au son assez aléatoire, et des arrangements empilés piste par piste. Mais ce parfum délicatement amateur ne nuit pas à l’écoute de Das Nichts, et ne représente pas son écueil majeur. La principale difficulté à affronter lorsqu’on se décide à écouter ce LP est sa propension au statisme, avec de longs morceaux se ressemblant beaucoup dans le fond, et aussi dans la forme. Sans jeter d’œil au tracklisting durant l’écoute, et parvenu à la piste trois, j’avais l’impression d’une longue chanson de plus de vingt minutes, ce qui en dit long sur le caractère monolithique de cette musique. Mais on le sait, l’Indus n’est pas genre à s’affoler gaiement de variations, ce qui devient lénifiant lorsqu’il est dilué de Death et de Doom. Mais en faisant preuve d’un peu de patience, on fit par dépasser le stade de l’attente pour découvrir des titres plus ambiancés, sinon osés, et se convaincre du bienfondé d’une chronique éventuelle.

Ainsi, « Aetherium » nous propose un insert Ambient qui rompt avec la monotonie globale, et laisse un synthé assez lo-fi répandre des mélodies déviantes. En tant qu’hémistiche, ce morceau nous permet d’affronter la seconde partie de l’œuvre, toujours aussi obsédée par les rythmes rigides et les riffs amples, mais faisant preuve d’un peu d’inventivité supplémentaire au niveau des arrangements de percussions. « Death of the Worms Lord » officie donc en miroir presque parfait des trois premiers morceaux, mais accentue un peu la violence sous-jacente, en appelant à un ressenti Death Indus assez sombre et marécageux. « Return to Al-Nar » continue d’explorer la même veine d’agressivité compacte, mais ose aller encore plus loin dans le nauséeux. On pense à une version négative et maléfique de MINISTRY, avec ce beat lourd et emphatique, mais aussi à un MEATHOOK SEED ralenti et malsain, eu égard à cette guitare unidirectionnelle et insistante. Bien évidemment, ces comparaisons ne sauraient fonctionner à talent égal, GODES YRRE restant assez loin derrière ses aînés, mais il y a quelque chose d’hypnotique dans cette façon de ne jamais dévier d’une trajectoire bien tracée. Evidemment, parvenu au dernier titre, le temps commence à se faire un peu long, mais en expurgeant l’album de ses scories et en le ramenant à un timing plus raisonnable, il est tout à fait digeste, bien que minimaliste dans son désir de grandeur. On sent que le musicien n’a pas forcément les moyens ou les capacités de ses ambitions, et qu’il navigue un peu à vue parfois, mais son investissement ne saurait être remis en cause, ni sa passion. Un disque à réserver aux amateurs de sonorités blanches, de répétitions appuyées et d’itérations insistantes, de métissage culturel underground, et de Death Metal traité au prisme de l’Industriel lourd et compact.          

                                                                                                      

Titres de l’album :

                       01. No Light Behind

                       02. Dreaming into the Ice

                       03. Naruka

                       04. Aetherium

                       05. Death of the Worms Lord

                       06. Return to Al-Nar

                       07. Land of the Fleshless

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 25/05/2022 à 18:28
70 %    90

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2022 / Part 1 / Du jeudi 16 au dimanche 19 juin

Jus de cadavre 30/06/2022

Live Report

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report

Agressor + Mercyless

RBD 28/05/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

Hé oui c'est vrai ! Mais bon c'est la force du Hellfest : son affiche de malade qui à chaque fois te fait dire "aller j'y retourne !"

30/06/2022, 22:53

RBD

Hé, JdC, je croyais que tu ne voulais plus retourner au Hellfest, ha ha !! Le covid a changé bien des choses. Nous avons tous très faim.Je ne suis pas étonné, autrement, de l'excellente impression laissée par Agressor, ça m'a fait (...)

30/06/2022, 14:55

Simony

Totalement d'accord avec toi Jus de cadavre, c'est du tout bon avec cet esprit simple et efficace que j'aime beaucoup dans ce groupe.

30/06/2022, 14:43

Jus de cadavre

Simple, basique, efficace. 

30/06/2022, 11:53

Jus de cadavre

Cette prod encore ! Un petit côté Thrash de bâtard ce titre, avec un son de tronçonneuse. Le pied.Super nouvelle en tout cas, ça sent un top de fin d'année cet album... 

30/06/2022, 11:43

Gargan

Le petit clin d'oeil sur la police de caractères

30/06/2022, 11:35

M\'Z

Merci beaucoup pour le repartage, je mets le lien d'écoute sur toutes les plateformes digitales :

30/06/2022, 09:11

Arioch91

J'attends de découvrir tout l'album avant de passer à la caisse.Scourge of the Enthroned n'avait pas duré longtemps dans mes esgourdes.Alors j'espère que celui-ci se montrera plus passionnant.

29/06/2022, 22:12

Buck Dancer

Je préfère quand même les clips qui se passent dans un hangar, bien plus original.Sinon, je m'en lasse pas de ce morceau. Si le reste de l'album est du même niveau, ils vont enterrer la "concurrence". 

28/06/2022, 18:44

Deathcotheque

Mauvaise traduction très certainement.Conseil à tous : utilisez DeepL au lieu de Google traduction quand vous avez besoin d'une traduction correcte.

28/06/2022, 14:49

Orphan

On ne peut que saluer le travail de cette vidéo, qui à la mérite de raconter qqchose. A l'image de ce morceau, au moins il se passe un truc dans ce clip.

28/06/2022, 11:35

fallwarden

musicalement ignoble, hyper formaté et ultra prévisible. 

28/06/2022, 06:35

Steelvore 666

Le groupe commente...Euh non en fait. C'est quoi ce charabia ? Une mauvaise traduction ou un concept complètement con à travers lequel personne ne comprendra rien ?

27/06/2022, 15:15

LeMoustre

Ahah, "Dave Mustaine presents", c'est comme Tom Cruise avec Top Gun, quoi !Les couplets chantés font furieusement penser au vieux Megadeth dans leur phrasé. Parties de guitares très bonnes, rien à dire. A voir le son, sur ordi dur de juger, mais l(...)

27/06/2022, 10:08

Hoover

Une synthèse entre un vieux Megadeth qu'on avait un peu oublié et le Megadeth récent (que personnellement j'aime bien). Super morceau!

26/06/2022, 06:16

Humungus

Ouch !!!Intrigué par vos commentaires, je me suis laissé tenté à une écoute (l'aurai-je fais sans cela ?)...Puis deux...Puis trois...Claquasse !!!Alors effectivement, rien de nouveau sous le soleil, mais un cassoulet r&eac(...)

25/06/2022, 07:22

Jus de cadavre

Ben putain ! Je pensais pas apprécier du Megadeth comme ça un jour ! Même le chant de Dave le canard est pas repoussant ! Incroyable. Et le clip a de la gueule.

25/06/2022, 00:44

Arioch91

D'accord avec Simony. Les vieux groupes de Thrash ne valent plus le pet. Mais Megadeth arrive encore à se hisser au-dessus.J'avais bien aimé Distopia, je me laisserai tenter par ce nouvel album.

24/06/2022, 20:45

Moshimosher

Franchement, il déchire ce clip !

24/06/2022, 19:53

Humungus

Moi je vénère MANOWAR !Hormis "Warriors of the world" et "Gods of war", la discographie est absolument exceptionnelle.

24/06/2022, 18:32