Kill Division

Dead Head

30/10/2020

Petrichor

Petite réédition sympathique chez Hammerheart/Petrichor qui continue son entreprise de réhabilitation d’un des groupes les plus méritants des hordes méconnues des années 90. Après avoir apposé leur patte sur The Feast Begins At Dawn et Dream Deceiver, les voici qui nous offrent un repackaging deluxe pour le troisième album des bataves de DEAD HEAD. Logique me direz-vous, puisque Kill Division est souvent considéré comme l’album le plus brutal de cette formation, celui clôturant les nineties de la plus véhémente des façons. Pour ceux ne connaissant pas ce groupe sinon essentiel, du moins important, sachez qu’il est né au crépuscule des années 80 à Kampen, et qu’il a empilé les démos avant de proposer son premier format long en 1991. Ce ne sont donc pas moins de trois maquettes et deux splits qui se sont succédés entre 1989 et 1991, le groupe partageant alors des faces avec LETHARGY et ACROSTICHON / SINISTER / GOREFEST / DISFIGURE, avant de prendre de l’assurance et de nous gratifier d’un impeccable The Feast Begins At Dawn qui ne faisait déjà pas de quartier. Mais si ce premier LP avait attiré dans le sillage du groupe hollandais une fanbase constituée de freaks et de déçus d’un Death Metal trop formel, c’est véritablement Dream Deceiver que l’on retrouve depuis en bonne place dans les encyclopédies de l’underground. Ce second chapitre se montrait bien plus original que son prédécesseur, et reste aujourd’hui un petit bijou planqué dans les caves de l’histoire qu’il convient d’écouter attentivement pour comprendre tout l’intérêt que peu susciter le groupe. On sait le Death hollandais peu amène en termes de complaisance, PESTILENCE et ASPHYX en étant des exemples assez probants, mais les DEAD HEAD ont toujours fait partie des outsiders considérés comme dangereux, ce que cette réédition vient prouver à point nommé.

Il a fallu six ans à DEAD HEAD pour élaborer cette suite, mais à l’écoute on comprend assez vite pourquoi. Simplifiant leur musique à l’extrême pour proposer des morceaux plus immédiats et percutants, les hollandais se rapprochaient alors d’une version in your face de KREATOR mâtinée de MORGOTH, impulsive, instinctive, et terriblement groovy, refusant de jouer le jeu du groove des années 90 pour rester le plus radical possible. Et alors que leurs congénères avaient accepté d’expérimenter depuis longtemps, les quatre musiciens (Tom van Dijk - chant/basse, Ronnie Vanderwey & Robbie Woning - guitares, et Hans Spijker - batterie) restaient fixés sur une ligne de conduite de violence excessive, ne dépassant jamais les quatre minutes par titre pour nous en coller plein la tronche, comme en témoignait l’intro gigantesque de « Kill Division ». Riffs simples et graves, beat stable, concision et percussion, les DEAD HEAD ne s’embarrassaient pas de principes et ne gardaient du Death que son côté le plus sauvage, à l’image d’un SADUS expurgé de toutes ses prétentions techniques, ou d’un DARK ANGEL encore plus épileptique qu’à l’ordinaire. Le massacre était donc total et ininterrompu, et tranchait avec l’atmosphère d’ouverture en vogue à l’orée des années 2000, le quatuor refusant toute sophistication, et ramenant le fantôme d’INCUBUS à la surface du lac. Il est d’ailleurs difficile de décrire ce troisième album autrement qu’en parlant d’un massacre interrompu, d’une agression permanente, et d’un festival de riffs tous plus teigneux les uns que les autres, posés sur un lit de BPM en fusion.

Doté d’un son énorme mais rêche, cette réédition permet donc d’apprécier le travail d’un groupe qui n’a jamais renoncé à son identité, et qui est allé jusqu’au bout d’une démarche de violence. Dans la veine d’un PROTECTOR qui dans les années 80 incarnait la résistance à toute forme d’évolution, DEAD HEAD prouvait avec Kill Division qu’on pouvait refaire le coup de Reign in Blood sans lui ressembler, et des jets de bile acides comme « Waste Of Skin » n’avaient pas grand-chose à envier à une forme mortelle de Thrashcore, renvoyant les exactions de WEHRMACHT dans les cordes de l’oubli. Peu de mid tempi donc, et seulement à l’occasion de quelques breaks, Kill Division méritait son titre à chaque intervention, et la cadence d’abattage ne ralentissait sous aucun prétexte pour garder à l’album cette humeur de folie qui l’animait. Tout ça méritait donc bien un travail de relifting, même si celui accompli par Displeased Records il y a douze ans était très honnête. A l’époque, l’autre label hollandais proposait en bonus quelques titres en live pour jauger du potentiel de destruction de ce répertoire, alors que Petrichor ose le second CD bourré de versions démos, que le public jugera pertinentes ou pas. Mais c’est aussi une occasion de découvrir l’album alors encore en gestation, et de faire la comparaison avec les versions définitives. Et dans ce déluge de haine compacte, surnageaient alors quelques morceaux emprunts du CARCASS le plus abordable (« Sprayed Into Oblivion »), mais aussi des calottes intersidérales nous catapultant dans le système solaire de leur violence (« The Hustler »). A noter que le quatuor avait l’humour de déformer le classique « Heavy Metal Thunder » des SAXON, pour en proposer une version totalement méconnaissable à rendre les VENOM fiers de leur engeance.

Mais tout le LP était appréhendé comme un sursaut de violence crue dans les sinuosités des années 90, et une dernière démonstration de force avant le nouveau siècle. Pour beaucoup considéré comme le second chef d’œuvre du groupe après le plus expérimental Dream Deceiver, Kill Division ne symbolisait pas pour autant la fin de carrière pour le groupe qui a continué de produire des albums de qualité, enchaînant trois longue-durée entre 2005 et 2017, et étant toujours actif en 2020 autour de ses membres d’origine. Un exemple de stabilité à suivre, et un LP sauvage à redécouvrir, tant il présente le visage le plus hideux d’une formation qui n’a jamais hésité à utiliser l’outrance comme arme de destruction massive.    

                                                                                                     

Titres de l’album:

CD1

01. Kill Division

02. Cold Being

03. Waste Of Skin

04. Six

05. Mahler

06. Sprayed Into Oblivion

07. Wings On Fire

08. Where Silence Dwells

09. The Hustler

10. Until The Sun Appears

11. Souls Of Ice

12. Heavy Metal Thunder

CD2

01. Wings On Fire (Demo)

02. Until The Sun Appears (Demo)

03. Mahler (Demo)

04. The Hustler (Demo)

05. Cold Being (Demo)

06. Souls Of Ice (Demo)

07. Six (Demo)

08. Kill Division (Demo)

09. Die By The Sword


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 30/10/2020 à 14:07
88 %    53

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Jon _ interview d'un homme multi-facettes

Simony 23/11/2020

Interview

Future World

mortne2001 23/11/2020

From the past

Voyage au centre de la scène : les fanzines

Jus de cadavre 22/11/2020

Vidéos

Rammstein 2005 (Volkerball)

RBD 16/11/2020

Live Report

At The Mill _ Live Stream Performance

Simony 07/11/2020

Live Report

Dahey OWM

Simony 01/11/2020

Interview

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Saor + Borknagar + Cân Bardd 01/12 : Le Petit Bain, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Simony

Ah non là DEUS MORTEM associé à MGLA, je ne pense pas qu'ils soient dans la même optique du Black Metal. DEUS MORTEM c'est plus MARDUK et compagnie qui les branche. Excellent groupe à la discographie difficilement discutable lorsque l'on aime c(...)

24/11/2020, 18:08

Humungus

Au vu de l'attrait de certains pour le bazar, je colle une oreille sur ces deux extraits :Mais c'est que c'est du tout bon ça bordel !!!J'ai donc poussé un peu plus mes investigations en écoutant le premier album et second EP : Pas mal du tou(...)

24/11/2020, 16:17

Humungus

POMAH je vous aime.

24/11/2020, 16:05

Humungus

D'accord avec toi L'Apache concernant l'attrait des pochettes.Cela m'a d'ailleurs fait penser dans le style décalé des jaquettes, le format et la rareté de la chose à ce que peut nous pondre TODESSTOSS.Sinon, du coup, j'ai &e(...)

24/11/2020, 16:04

Zorg

Super label, et super discours. Franchement, c'est un de mes labels préférés de par leur éthique qui transparait dans les propos tenus.

24/11/2020, 13:31

Gargan

Black metal, Pologne. Déjà, ça sent bon. Un paquet de clones de Mgla depuis quelques temps, on sent effectivement une influences mais l'ambiance semble propre au groupe, à voir sur album. 

24/11/2020, 08:59

L'Apache

Ah ouais ? Moi je les trouve trop stylées ! Et il y a une vraie singularité dans leur artworks. 

24/11/2020, 08:40

Kerry King

L'album est excellent, digne des belles heures de Asphyx.

23/11/2020, 23:57

POMAH

J'avais vraiment aimé cet album à sa sortie, le seul point "pas" vraiment négatif à l'époque c'était ce chant pas vraiment affirmé, j'aurais aimé qu'il soit plus imposant lors de cette rééditi(...)

23/11/2020, 19:34

POMAH

+1 Humungus, c'est incroyable comment se groupe à bercé pas mal de mes années. Ils avaient un vrai talent de composition. 

23/11/2020, 19:28

Jus de cadavre

Y en a des trucs à écouter en cette fin d'année !

23/11/2020, 18:22

JTDP

@RBD : merci pour cette précision. Je me disais bien aussi qu'elle lui ressemblait étrangement...

23/11/2020, 14:05

RBD

L'illustration a été retouchée après reprise de celle de l'album "Y" du groupe Suisse Borgne (Black Indus bien malsain), qui est sorti un peu plus tôt dans l'année, pendant le confinement.

23/11/2020, 13:24

Humungus

AAAAAAAAAAAAHHHHHH !!! !!! !!!IRON MAN PUTAIN !!! !!! !!!Groupe de Doom aussi essentiel à mon sens que SAINT VITUS, PENTAGRAM ou autre TROUBLE !Achat obligatoire.

23/11/2020, 10:46

grinder92

Pour ceux que cela intéresse, un reportage sur Josh Foreman qui a créé la sculpture ayant servi pour la pochette : 

23/11/2020, 09:42

L'Apache

Encore une super vidéo !!! C'est vrai que le Fanzine à l'air de revenir à la mode. D'ailleurs ce qui est étonnant c'est que tu les payes souvent plus cher qu'avant à ou une époque où on serait sensé les payer moins c(...)

23/11/2020, 08:53

Gargan

J'avais bien accroché sur l'extrait précédent avec Momoa (!), mais là c'est trop court pour installer quoique ce soit et dark-fu bis avec les bpm et les murs de grattes. Bof.

23/11/2020, 08:51

JTDP

"certes, les bordelais jouent du Death à la suédoise, merci pour l’avertissement en amont" : mais de rien, toujours un plaisir !

23/11/2020, 01:44

Jus de cadavre

Écouté proprement au casque ce matin : une tuerie de A à Z. Carrément meilleur que le premier qui était déjà bien bon pourtant !Clairement un des albums de l'année.

22/11/2020, 15:28

Jus de cadavre

Bien cool une fois de plus ! Vla la collection de zines   !Je ne sais pas si il y a comme un revival fanzine en ce moment (...)

22/11/2020, 15:21