Alors comme ça il y a urgence sur la planète Rock N’Roll ? Je n’avais pas le sentiment que la situation présentait un caractère foncièrement dramatique, mais après réflexion, j’ai noté quelques éléments laissant à penser du contraire…Il est certain qu’on a l’impression en 2018 que pour jouer du « vrai » Rock N’Roll, les groupes ont besoin de singer au tic près les grands anciens, sans forcément chercher à y imprimer leur patte personnelle, ce qui donne lieu à une déferlante de groupes estampillés « vintage », pas foncièrement inintéressants, mais ne faisant pas vraiment avancer les choses. Est-ce pour autant que nous devons attendre fébrilement le nouveau messie qui nous extirpera de ce marasme créatif ? Non, puisqu’il est fort probable qu’il ne sorte jamais de sa caverne, et que cette attente se transforme en illusion nous faisant perdre plus de temps qu’autre chose. L’urgence se situerait plutôt sur un niveau de compréhension…Comprendre en effet qu’il n’est nul besoin de chercher à transcender le Rock pour le faire vivre, mais plutôt de le jouer avec les tripes et l’âme, sans vouloir à tout prix le maintenir à flot dans une époque dominée par le marketing étudié dans des bureaux. On ne changera pas les mœurs, mais comme ils adoucissent la musique, ou bien l’inverse, plutôt se réorienter vers des musiciens sincères, qui tout en assumant l’héritage des figures légendaires du passé, préfèrent jouer des chansons simples, mais personnelles, sans forcément se placer sous une égide particulière. Ce qui est immanquablement le cas des SPICE RIVER, qui ne se prennent pas la tête pour rien, et qui nous offrent via leur premier album une solide dose de décibels, et des chansons qui en sont vraiment.                     

Nous en venant de la Suisse de Luzern, les SPICE RIVER n’en sont pas pour autant de gentils brouteurs de gazon, mais plutôt une solide association d’instrumentistes aguerris, qui depuis quelques années proposent leur vision d’un Classic-Rock à tendance légèrement Hard et Blues sur les bords. Fondé en 2015, le quintette (FLA, Tobias Maucy, Armin Felber, Pierre Hardy, Alexander Fallegger) a d’abord connu quelques ajustements avant de se lancer dans le grand bain du longue-durée, histoire de roder son répertoire impeccable sur les scènes nationales et européennes. En résulte un premier jet rutilant, qui privilégie la franchise de son et la rudesse de ton, et qui ne cède en aucune manière aux modes actuelles de réactualisation d’une banque de données exploitées jusqu’à la corde, allant jusqu’à imiter genre copycat grossier les techniques de production adaptées. Ici le Rock se joue comme il doit toujours être joué, simplement, mais honnêtement, et en se basant sur le talent individuel d’instrumentistes mettant leur art au service d’un collectif plus grand que leur ego. Alors, pas d’esbroufe, mais quelques démonstrations notables, et surtout, une envie de partager, et pas seulement de démontrer, puisque là n’est pas le propos, ce qui nous donne une grosse poignée d’hymnes qu’on imagine fort bien défendus sur scène avec hargne et implication, mais surtout, dans un unisson avec un public de bar-bands complice dégustant son plaisir jusqu’au fond du calice. Et si le quintette ose placer sur les lignes de sa bio quelques clins d’œil aux sempiternels LED ZEPPELIN ou autres GRAND FUNK RAILROAD, inutile d’exhumer des glorieuses seventies de quoi satisfaire votre curiosité, puisque leur inspiration pioche un peu dans toutes les époques, sans évoquer une balise précisément située. Au carrefour de l’Americana et du Rock grand public à tendance bluesy, Emergency on Planet Rock n’Roll n’est rien de moins qu’une grosse noisette de baume au cœur, qui le réchauffe de ses accords simples mais lucides, et de ses rythmiques solides, soutenant des lignes de chant à dimension humaine. Humaine, le mot est choisi à dessein, et le son dont bénéficie ce premier effort l’est tout autant, clair comme de l’eau de roche, et profond comme une passion avouée à un style éternel qui trouve ici un écho honnête, bien loin des artifices de studio et autres tendances branchées dont se repaissent les magazines spécialisés.

Simple, mais pas simpliste, et loin de l’être. Entre des soli propres mais bourrés de feeling et des mélodies salement entêtantes, cet assemblage de treize morceaux qui ne portent pas malheur est un concentré de bonheur, qui laisse un orgue festif et mutin s’incruster de ses ébènes et ivoires au premier plan, histoire de taquiner des guitares qui partagent l’espace sans ressentiment. On y retrouve toutes les composantes du Rock, celui qui taquine le Blues le plus musclé (« Saw Your Mother Cryin’ » et qui le console de son sex-appeal à la Alannah MYLES), et qui fricote avec la férocité d’un Hard gentiment burné (« Bull’s Eye »), pour ne pas sombrer dans le sentimentalisme ou la nostalgie déplacée. La nostalgie ici n’est pas marquée du sceau typé de la recherche de gloires du passé, mais se concentre plutôt sur une envie de faire bouger sans y penser, et de donner aux fans l’envie de se remuer, pour oublier une dure semaine de labeur à se lever sans autre but que de gagner le peu d’argent nécessaire pour subsister. Archétype dans le sens le plus glorieux du terme du fameux « groupe du samedi soir », SPICE RIVER ne fait pas dans la retape ou le slogan musical racoleur, et préfère aiguiser ses guitares pour les rendre tranchantes à toute heure (« Can't Stand You No More », ou comment décaler les STONES à celle du café), ou les faire se trémousser au rythme d’un boogie endiablé (« Hey Jeannie »). D’ailleurs, ils affichent leur leitmotiv comme un blason royal, en assumant leurs obsessions via un lucide « Rock N’Roll In My Head », qui réconcilie le Hard californien et le Rock qui transpire bien, sans oublier au passage de trousser un refrain à reprendre en chœur en Suisse ou ailleurs. Musique cosmopolite, qui franchit allégrement les frontières européennes et américaines, pour un sit-in improvisé entre les AEROSMITH et les BLACK CROWES (« Get In »), avant de s’arrêter sur la case hommage au GRAND FUNK par l’appropriation de son imputrescible standard/allégeance « We’re An American Band », le voyage est délicieusement dépaysant, et la sensation de bien-être durable.

On le termine même sur un moment d’émotion tangible, grâce au superbe épilogue « Woman », qui tremble de son orgue sensible, et de ses guitares en retenue gracile. Chant presque en rupture, pour une progression qui rassure, et qui nous emmène jusqu’au bout d’une nuit qu’on aimerait presque savoir éternelle. Pour un premier album qui sanctionne quelques années de préparation, Emergency on Planet Rock n’Roll démontre qu’il y avait bien urgence sur la planète Rock N’Roll, celle de se replonger dans les racines du genre pour ne pas oublier qu’il reste l’exutoire idéal d’une époque un peu trop superficielle et triviale.


Titres de l'album:

  1. Can't Stand You No More
  2. Hey Jeannie
  3. War on War
  4. Move On
  5. Saw Your Mother Cryin'
  6. Bull's Eye
  7. I'm Losing Control
  8. Two Seconds to Heartbreak
  9. Shotgun Jesus
  10. Rock 'n Roll in My Head
  11. Get In
  12. We're an American Band
  13. Woman

Site officiel


par mortne2001 le 02/04/2018 à 17:50
85 %    502

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Phil
@81.221.141.69
06/04/2018 à 15:13:50
You're right dude, this band kicks major butts!

Amerique
@81.221.141.69
06/04/2018 à 15:17:57
Cet album est vraiment un super voyage à travers l'histoire du Classic Rock!

Ajouter un commentaire


Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

First Signal

Line of Fire

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Ministry

18/06 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Photo Stream

Derniers coms

Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)


Vas y Dave, nique lui la gueule à ce putain de cancer.


Tout simplement parce qu’ils sont pourris...


Eh ben...
Fucking hook in mouth.... :-(


@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)


Je n'entends pas du tout le truc Crust dans ce disque... Par contre, c'est un sacré putain de bon disque, avec un nombre de riffs qui tuent complètement affolant ! Entre Death Mélo et Dark Metal suédois. On oscille pour ma part entre du Tribulation plus vénère, moins prog' et du Dissection pé(...)


"Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired."

1988 soit 30 ans passé.

Oui ils ont quand même sorti un très bon album depuis indiscutable depuis...Le Black Album ! Il y a 28 ans...

-
<(...)


Voir un groupe aussi lourdaud que le Metallica actuel reprendre Thin Lizzy c'est quand même la honte. Finalement Jojo c'était parfait pour eux.


Hate d'écouter la suite un groupe que je trouve vraiment excellent dans le style...bref un beau voyage auditif pour moi.