In The Morgue of Angels

Angel Morgue

07/08/2020

Redefining Darkness Records

Alors que nous sommes en plein été, de ces jolis petits matins ensoleillés et prometteurs d’une journée clémente, me voilà à l’ombre des pierres pour chroniquer le premier album de maniaques américains se vautrant dans la luxure boueuse d’un Death Doom des plus classiques et inextricables. Mais que voulez-vous, on ne choisit pas forcément les sorties en fonction de son humeur ou de la saison, et c’est ainsi que je me retrouve à vous entretenir du premier LP des cauchemardesques ANGEL MORGUE, dont le nom trahit à merveilles les intentions. Attention, maniaques d’un Death joué lourd, malsain et lent, cette assemblée de maniaques originaires de Manchester, New Hampshire risque fort de devenir votre équipe de fossoyeurs préférés, tant les émanations de leur œuvre semblent émerger d’une zone géographique oubliée à la fin des années 80. Auteurs d’une première démo éponyme fort remarquée dans l’underground il y a deux ans, les américains ont très légitimement trouvé hébergement dans les écuries d’un label national, toujours fasciné par ce qui se passe de moins recommandable dans les bas-fonds musicaux. C’est donc soutenus par Redefining Darkness Records que les ANGEL MORGUE nous proposent leur mix de Doom et de Death, accentuant les aspects les plus malsains des deux courants pour se rapprocher des ténors du genre, de ceux qui repêchaient les corps en putréfaction dans les marais de la mort. Il n’est donc pas étonnant de trouver de sales traces de moisissure IMMOLATION dans cette musique, mais aussi de vieux gants chirurgicaux ayant appartenu à Chris Reifert d’AUTOPSY, sans parler des annotations de bas de page de nos amis embaumeurs de dISEMBOWELMENT. Du beau moche monde donc pour un premier LP qui établit de nouveaux standards dans l’oppression et la douleur, et une succession de huit tranches de mort tout à fait faisandées qui font du bien à l’âme de psychopathe.

Le quintet (Colin Ward - basse, Drew Katsantonis - batterie, Ian Warren - guitare, Josiff Scurto - chant et Leonard Trombly - guitare) s’obstine donc à perpétrer les recettes de l’orée des nineties, lorsque le Death se rapprochait encore plus des senteurs les plus malsaines d’un linceul oublié dans une fosse commune. En l’état, In The Morgue of Angels pourrait presque se concevoir comme une suite logique de Severed Survival, tant les deux albums partagent ce goût prononcé pour le Death le plus basique et nauséeux de l’histoire, mais aussi une propension à privilégier une production cryptique transformant la basse en pelle à creuser des fosses. Produit par le groupe en compagnie d’Eric Sauter, qui en a profité pour enregistrer et mixer le tout au studio Blackheart Sound, laissant le mastering à Dan Randall officiant au Mammouth Sound Mastering, et orné d’une sublime cover signée par le légendaire Jef Whitehead, In The Morgue of Angels n’est rien d’autre qu’un manifeste de dégoût envers la vie appelant au suicide les plus puristes qui ne supportent plus la routine usante de cette vie prévisible. Et en entamant leur premier effort par une longue suite morbide de plus de huit minutes, les ANGEL MORGUE préparent le terrain et le débarrassent de ceux ayant atterri là par hasard, histoire de ne garder près d’eux que les fanatiques les plus psychotiques. « Lust Murder », en tant qu’entame fait preuve d’une franchise sadique des plus savoureuses, et développe les arguments du groupe en prenant largement sont temps. Intro en riff pachydermique symptomatique des doomsters les plus dérangés, complémentarité des guitares qui a deux sonnent comme une armée de Tony Iommi, voix immonde ramenant au pire des exactions d’IMMOLATION, pour une procession qui s’annonce longue et pénible au travers des travers les moins avouables de l’inhumanité. Les américains ne nous prennent donc pas par surprise, et affirment leur positions, qui ne changeront que très peu en quarante minutes.

S’ancrant dans une réalité abjecte de Doom/Death, ce premier effort mélange les ingrédients les plus corsés des deux styles qu’il fond dans une marmite de méchanceté, et nous replonge dans le trauma d’une génération secouée par la vilénie instrumentale de la Floride, qui devenait soudainement le centre du monde. Certes, vous n’entendrez rien de nouveau sur ce premier LP, les idées placées étant largement éprouvées par le temps. Mais en écoutant ce fameux « Lust Murder », on visualise parfaitement une horde de zombies s’extrayant avec peine de leur tombe pour marcher sur le monde, portant sur leurs osseuses épaules le poids d’une mort difficile à supporter à long terme. C’est pourtant une question d’éternité qui se pose en écoutant  In The Morgue of Angels, l’éternité d’une approche qui n’a jamais dévié d’un iota depuis sa création/recyclage, et entre des accélérations encore fumantes, des écrasements rythmiques à grands coups de double grosse caisse, et des breaks défiant la loi de la pesanteur, ce premier pas dans la cour des grands malades à des allures de classique instantané. Deux autres titres se taillent la part du lion, « The Sigil and the Key », construit peu ou prou sur le même moule, et « In the Morgue of Angels », plus lapidaire et colérique, mais n’ayez pas d’inquiétude, malgré quelques modulations somme toute très bien senties, In The Morgue of Angels empeste la morgue désolée du New Hampshire, morgue infestée de cadavres tous plus anonymes les uns que les autres, et empilés dans l’arrière-boutique sous le regard attendri d’AUTOPSY, fier de sa descendance professionnelle.

Ce qui n’empêche guère le quintet de nous proposer quelques intermèdes d’ultraviolence très bien sentis, à l’image de ce lapidaire « Sacrificial War of Death » qui en moins de deux minutes synthétise le premier DEATH, ou « Holocaust Perversions », qui tout en gardant la même optique de lenteur maladive, semble pousser le bouchon du sadisme encore plus loin. ANGEL MORGUE signe donc un disque très classique, humant bon les émanations putrides de la bestialité Death/Doom des années 90, fait parfois preuve de plus d’audace dans les percussions (« Cosmic Torment »), mais ne s’éloigne jamais trop des marais battus histoire de conserver sa caution horrifique. Un album à recommander aux nostalgiques du Death le plus primaire et fétide, qui respireront à pleins poumons cet air subtilement vicié et immonde.                       

                   

Titres de l’album:

01. Lust Murder

02. Raped in Church

03. Sacrificial War of Death

04. Various Stages of Decomposition

05. Holocaust Perversions

06. The Sigil and the Key

07. Cosmic Torment

08. In the Morgue of Angels


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 10/11/2021 à 19:30
80 %    95

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report

Lofofora + Verdun

RBD 01/11/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Mamoushka

Si Vivian Slaughter est UN MUSICIEN, le rédacteur est UNE TRUITE

26/11/2021, 19:05

Humungus

J'étais passé totalement à côté de cette "news"...J'aurais dû poursuivre sur ma lancée.

26/11/2021, 08:38

Humungus

Erratum : Vivian Slaughter est une femme.(C'est d'ailleurs la femme de Maniac)

26/11/2021, 08:32

Eric

Merci du plaisir d écouter cette musique

25/11/2021, 17:59

Saddam Mustaine

Meme Hellhammer a laissé les parties de Varg sur le premier album de Mayhem, le pere Mustaine c'est le mec le plus rancunier au monde mdr obligé Ellefson lui a fait une crase qu'on ignore. 

24/11/2021, 18:26

Chemikill

Oui c'est en tout cas lui qui a fait la tournée avec eux. 

24/11/2021, 14:02

Buck Dancer

C'est pas James Lomenzo le nouveau le nouveau bassiste ? 

24/11/2021, 11:52

Bones

@Arioch :  Testament... je n'ai acheté aucun de leurs albums récents. Vraiment c'est le bon exempl(...)

23/11/2021, 23:30

Arioch91

@Bones : tu parles de Testament là non, pour le pilotage automatique ?

23/11/2021, 19:37

Steelvore666

Le chant n'est pas ouf.

23/11/2021, 17:38

Zeitoun

Effectivement excellent. Rarement vu aussi efficace depuis longtemps.y'a que la pochette qui laisse à désirer...

23/11/2021, 17:12

senior canardo

c'est mou .... heureusement que l'album devait envoyer du poney ...a suivre mais pour l'instant les 1ers extraits ne vendent pas du reve..

23/11/2021, 15:11

Bones

Eh bien, première écoute... je trouve un groupe qui est plus en "pilotage auto" que jamais. Je vais bien sûr insister car j'adore vraiment ce groupe, mais là ça manque de riffs patatoïdes et du bon vieux groove rampant habituel. :-(  (...)

23/11/2021, 14:57

Chemikill

Ça tue! Faut pas regarder la vidéo...c'est tout 

23/11/2021, 07:48

Invité

La version Wish d'une pochette de Rhapsody… Voilà ce qui se passe quand on prend des graphistes sans vouloir trop dépenser.

22/11/2021, 17:22

Simony

Ce troisième extrait est franchement excellent avec cet effet et une ambiance qui ne sont pas sans rappeler un Type O Negative. Par contre le CD à 16.99€...

22/11/2021, 16:35

Humungus

Un pote vient de m'annoncer la chose ouais...Un putain de showman.Grand souvenir que la toute première fois où j'ai vu le groupe (que je ne connaissais ni d'Eve ni d'Adam à l'époque) au FURYFEST... Claquasse.

20/11/2021, 16:49

Excellent groupe

Excellent groupe qui tient vraiment bien la scène 

20/11/2021, 13:41

Humungus

Superbe pochette...

19/11/2021, 04:06

Sylvanus

C te baffe

18/11/2021, 20:54