Purification Through Hatred

Extraction Point

19/07/2019

Autoproduction

Le lundi matin, pour attaquer la semaine, le chroniqueur a besoin d’une bonne dose de brutal qui envoie du bois. Histoire d’avoir l’énergie nécessaire pour survivre dans une jungle de manque de motivation, de fatigue et de lassitude, et de retrouver l’allant indispensable pour se noyer dans le travail, et non pas pour alimenter la cheminée au vu des températures caniculaires. Et ce matin, il me fallait du solide, du puissant et du direct, ce que j’ai trouvé en tombant sur un combo ricain à l’inspiration plurielle sortant son premier LP. Vous allez me dire, « évidemment, tu as encore pioché dans le Death Metal, ça devient une habitude ». Assertion péremptoire, quoi que partiellement vrai, et partiellement fausse aussi, puisque les EXTRACTION POINT sont un peu plus qu’un simple combo Death lambda, et qu’ils mâtinent leur inspiration morbide de quelques inflexions Hardcore du meilleur aloi. Jeune groupe par la naissance en 2018, mais constitué de vieux briscards de la scène de Chicago, les membres d’EXTRACTION POINT sont en quelque sorte une union de figures bien connues de la scène locale, et comptent en leur rang des musiciens aguerris au bagage lourd. Nous retrouvons donc au line-up Cody Zupan (chant), ancien frontman au sein de REIGN INFERNO, DEAD FOR DAYS et GOD DEMENTIA et actuel grogneur dans EPHINEPIC. Robb Serrano (batterie) a fait partie d’ODONROT et est un acteur de la Chicago Metal Alliance Promotions. Rob Roman (basse) a participé aux débuts d’ORINOCO avant de rejoindre les PRISON CITY BRIGADE. Jason Pesch (guitare) a aussi joué de la basse dans ORINOCO avant de prendre la guitare chez les SILENCE IS THE KILLER. Quant à Rick Lancaster (guitare), il fut lui aussi membre d’ODONROT avant de prendre la basse pour WHUT? Des gens qui se connaissent donc bien, et des habitués de leur coin, qui une fois réunis ont donc décidé de se livrer à une passion commune : la brutalité intelligente.

Affiliés de fait à la cause Death, EXTRACTION POINT n’est pourtant pas une assemblée de bourrins comme les autres. On sent en filigrane de leur musique des tendances à la mélodie assez prononcées, et des influences qui ne se limitent pas à la Floride ou aux accros à la HM-2. Car leur véhémence de fond est encore plus accentuée par des inclinaisons à intégrer des points de détail Hardcore, sans tomber dans le piège du Deathcore le plus insupportable et opportuniste. En choisissant une approche contemporaine, le quintet nous épargne aussi les atermoiements vintage qui encombrent la production actuelle de leurs redites, et nous livrent un premier LP très compact, évidemment brutal, mais assez nuancé pour ne pas s’apparenter à un unique parpaing dans la tronche. Revendiquant des influences multiples qui couvrent assez bien le terrain défriché (PANTERA, SEPULTURA, WHITECHAPEL, BLOOD FOR BLOOD, TERROR, HATEBREED, CROWBAR, SLAYER, HANK LLL, GOJIRA, HIGH ON FIRE, FIGHT, FEAR FACTORY, WHITE ZOMBIE, SOULFLY, MISFITS, SNOT), les instrumentistes pratiquent une sorte d’hybridation entre la rudesse crue du Death et le Groove entraînant du Thrash moderne, tout en multipliant les allusions à la scène Néo-Death scandinave, dont on retrouve des traces sur des morceaux comme « Best Served Cold », plus lents, mais aussi plus harmonieux. Un peu de AT THE GATES, SOILWORK, mais surtout beaucoup d’énergie, comme le démontre le premier déluge de plomb, ce « Skankgoat » et ses deux minutes de mise au point très claires. Rythmique à fond les ballons, qui impose un up tempo diabolique sur fond de riff qui tournoie, pour un festival de violence à cheval entre Death et Thrash, et qui colle au mur dès les premières mesures. On sait donc le groupe capable de trousser des motifs mémorisables, et de capitaliser sur son illustre passé pour fertiliser son présent. Sans jouer les innovateurs, les originaires de Chicago refusent de se laisser piéger dans un contexte particulier, et titillent la fibre des fans de Hardcore pour mieux provoquer les accros au Death brutal et matinal.

D’ailleurs, cette orientation est confirmée par les deux morceaux suivants, toujours aussi concis, mais truffés d’idées porteuses. Au premier plan, ces guitares bien sûr, qui ne refusent pas la redondance de la lourdeur, mais aussi cette basse qui ronfle et produit un effet hypnotique. Le chant très rauque est assez éloigné des canons du style de Cody Zupan, au gros grain mais aux modulations accessibles, s’accorde très bien de cette bande instrumentale versatile passant par toutes les ambiances. On pense parfois à l’intensité de STRAPPING, modulée pour rentrer dans un cadre moins figé, et les fréquentes coupures mélodiques et/ou Ambient viennent souligner cette dualité entre force brute et intelligence de modulation, ce qui a tendance à rendre chaque titre unique dans un genre qui a souvent le défaut d’uniformiser. « Trenches » d’ailleurs, se rapproche plus du Death Metal tel que nous l’avons toujours connu, avec son entame lourde et glauque, et son déroulé qui évoque le meilleur de la scène américaine de ces trente dernières années. Mais évidemment, comme précisé en amont, le long « Best Served Cold » casse une fois de plus le moule de ses harmonies prononcées, avant que le rouleau compresseur de « Embrace the Grave » n’accélère un peu les débats en imposant des accélérations brutalement rompues par des percussions tonitruantes. Aussi carré que libre, ce premier album ose donc une multitude d’idées qui se complètement à merveille, et contourne le problème de la linéarité dans l’extrême, grâce à une vraie intelligence de composition, mais aussi grâce à un son énorme, qui donne à la rythmique une profondeur notable, sans noyer les guitares dans un écho mat de bruit.

Et en synthétisant en à peine plus de trente minutes ses plans, le groupe reste efficient et terrifiant de bout en bout, assénant sans faiblir des roustes de première catégorie (« Intent to Kill », toujours cette gravité en souplesse groove qui fascine, avec cette fois-ci des allusions de guitares circulaires tout à fait suédoises), et terminant son parcours en multipliant les pistes (« Purification Through Hatred »). Sous des atours plutôt classiques, EXTRACTION POINT se montre un peu plus culotté que la moyenne, et ne se contente pas d’un simple LP de Death contemporain anonyme. Le truc parfait pour un lundi matin, qui donne la pèche et l’envie de faire très mal à son prochain.

   

Titres de l’album :

                          1.Skankgoat   

                          2.Mindsnap

                          3.Trenches

                          4.Best Served Cold

                          5.Embrace the Grave

                          6.From the Depths

                          7.Intent to Kill

                          8.Purification Through Hatred

Facebook officiel


par mortne2001 le 19/06/2021 à 14:24
78 %    119

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report

Lofofora + Verdun

RBD 01/11/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
grinder92

Tant que c'est Bill Steer à la guitare, ça apportera quelque chose...Surgical et Torn ne sont pas révolutionnaires. Apportent-ils quelque chose comme avaient pu le faire Necroticism et Heartwork ? Personnellement, je ne pense pas. Fallait-il s'abstenir ? (...)

01/12/2021, 18:39

Johnny KKmetal

Oui le dernier Carcass semble diviser les gens.Même si c'est un bon disque, je suis de l'avis de Korgull en pensant qu'il n'apporte rien 

01/12/2021, 18:05

Simony

Bien sur cher Hummungus !

01/12/2021, 17:30

PORNOPUTE

Les mémoires d'un escroc ! Race maudite!

01/12/2021, 16:57

RBD

Boucherie ou pas, les avis sont tranchés en tout cas.

01/12/2021, 14:11

JOhnny KKmetal

Un grand merci à Simony pour le partage

01/12/2021, 13:50

Humungus

En son temps, pourras-tu STP annoncer dans les news la date du futur show ?

01/12/2021, 11:33

Humungus

Malheureusement pour moi, tout comme le précédent album, c'est je trouve pas assez Doom...Mais bon... C'est quand même bien torché hein.

01/12/2021, 11:29

@Arioch91

@LeMoustre, moi c'est tout l'inverse. Blood In m'a laissé de marbre complètement. Même le morceau avec Kirk Hammett ne m'a laissé rien de mémorable. Mais ce Persona Non Grata, c'est déjà mieux.Bon après... Gary(...)

01/12/2021, 08:52

Arioch91

<MAUVAISE_LANGUE>Les Mémoires de Paul Stanley ? 608 pages ?Vu tout ce qu'il a dû se sniffer, je suis surpris que ça tienne en autant de pages !

01/12/2021, 08:47

Satan

Assurément la pochette la plus chère de l'Histoire!

29/11/2021, 12:11

LeMoustre

Très déçu au final, Blood In Blood Out est tellement plus sympa que ce disque qui ne m'a fait ni chaud ni froid

29/11/2021, 11:51

dafa

quelle daube

28/11/2021, 19:47

RBD

Je suis en retard, mais c'est un document précieux pour son authenticité. Ce type d'interviews dérapantes sur des radios associatives étaient la règle à cette époque pour les groupes de cette première vague du Death français(...)

27/11/2021, 14:38

Mamoushka

Si Vivian Slaughter est UN MUSICIEN, le rédacteur est UNE TRUITE

26/11/2021, 19:05

Humungus

J'étais passé totalement à côté de cette "news"...J'aurais dû poursuivre sur ma lancée.

26/11/2021, 08:38

Humungus

Erratum : Vivian Slaughter est une femme.(C'est d'ailleurs la femme de Maniac)

26/11/2021, 08:32

Eric

Merci du plaisir d écouter cette musique

25/11/2021, 17:59

Saddam Mustaine

Meme Hellhammer a laissé les parties de Varg sur le premier album de Mayhem, le pere Mustaine c'est le mec le plus rancunier au monde mdr obligé Ellefson lui a fait une crase qu'on ignore. 

24/11/2021, 18:26

Chemikill

Oui c'est en tout cas lui qui a fait la tournée avec eux. 

24/11/2021, 14:02