Si jusqu’à aujourd’hui vous n’aviez entrevu le Grind que comme une succession de blasts plus ou moins agencés, secouant des riffs monolithiques d’une simplicité lénifiante, et couvrant des vocaux de bête en errance, vous en êtes pour vos frais, et c’est justement de saison.

Car le Grind, aussi extrême soit-il, a lui aussi évolué depuis ses prémices anglais des 80’s, et se montre en 2017 sous un jour nouveau, encore plus brutal, encore plus rapide, malsain, Heavy, et surtout, versatile dans son optique de déstabilisation des bases classiques.

Mais pourquoi un tel laïus qui se veut moralisateur et abrutissant ?

Parce qu’en ce terne mois de janvier sort enfin le premier full lenght d’une des créatures US les plus hideuses et dangereuses du style, hébergée je vous prie depuis quelques années par la chaumière Relapse, qui comme on le sait, ne prête pas ses fétus de paille à n’importe quel monstre de foire.

THE DRIP, c’est quoi au juste ? Une goutte de haine dans un océan de ressentiment ? La dernière avant l’affalement d’enivrement ? Celle qui vous tombe sur le front en passant sous les gouttières du Noise ? Bien fraîche en hiver et bouillante en été pour vous crisper un peu plus ?

C’est tout ça à la fois, mais surtout un des combos ricains les plus efficaces et novateurs du style, qui peut se targuer d’avoir tout compris à DILLINGER et NAPALM et de les avoir mélangés au sein d’une crise de démence CONVERGE/THE KILL.

Bonne pioche, c’est costaud, et surtout, pour la première fois en version longue, puisque ces petits malins ont pris leur temps et trois EP depuis leur création en 2007.

Au-delà de tout ça, THE DRIP, ce sont cinq gars (Shane Brown – batterie, Brandon Caldwell – chant, Bobby Mansfield & Blake Wolf – guitares et Talon Yager – basse), et pas de fille, une carrière entamée il y a dix ans pour, selon leurs dires, « transformer l’héritage de NAPALM DEATH, TERRORIZER, et BRUTAL TRUTH en un assaut Grind moderne et sans compromis, à base de blasts qui arrachent ta face et de brutalité sonique ».

Jolie promesse, et qui plus est, tenue. Il est certain que jusqu’à lors, le barouf de ces tarés tenait largement la route sans sortie ni croûtes, et on misait beaucoup sur leur côte en attendant patiemment qu’ils osent enfin lâcher le sprint facile pour le demi-fond un peu plus long.

Chose faite, et avouons-le derechef, même sur de multiples tours de pistes, les gredins tiennent la cadence, justement parce qu’ils ont pensé leur course en amont, et n’ont pas misé sur une allure vivace sans ménager leurs talons.

Alors, ça donne de la brutalité évidemment, de la vitesse indéniablement, mais aussi des ambiances, des dépassements un peu limites dans l’esprit, et des enjambées un peu tarées qui brulent le plastique des couloirs sans penser à l’odeur de caoutchouc cramé.

Produit pat l’inévitable Joel Grind des TOXIC HOLOCAUST et mixé par l’immanquable Brad Boatright (SKELETONWITCH, GATECREEPER, WEEKEND NACHOS), The Haunting Fear Of Inevitability ressemble à s’y méprendre à ces courses fractionnées que tous les amateurs de basket connaissent par cœur. Le genre d’exercice qui vous laisse sur les rotules à force d’aligner les embardées véloces et les ralentissements atroces.

Avec les chevilles en coton et les cuisses en flanelle, vous ressortirez de cette écoute avec les jambes qui flagellent, puisque les cinq américains ont voulu la chose ainsi. Une douzaine de morceaux qui s’enchaînent sans pitié pour votre palpitant, avec une grosse bordée d’ultraviolence sur timing serré, et quelques écrasements bien calculés pour casser le rythme et vous laisser essoufflé.

Démarrant sur les chapeaux de fauteuil roulant avec un « Blackest Evocation » terrifiant, les THE DRIP laissent alors se succéder de courtes interventions lapidaires avant de faussement calmer le jeu en trempant leur Heavy dans un Loudcore assourdissant, qui vous met les oreilles en sang.

Et quelle que soit l’optique, elle est impressionnante. Que le bulldozer se dope à la nitro et avance comme un fou dans les rangs des spectateurs, sans pitié pour les massifs de fleurs (« Gruesome Poetics », poétique mon cul, « Exile », même Dan Liker les prendrait pour de gentils allumés, « In Atrophy », certainement pas au niveau de la rythmique à faire rougir de honte les THE KILL), ou qu’il repasse en première pour vérifier qu’il a bien tout aplani et ratissé (« Covered In Red », oui, le sang ça éclabousse, surtout lorsque le mélange Chaotic Core/Grind/Sludgecore sent la mort, « Wretches » qui lui aussi pue le malaise de bord de terrain avec ses guitares acides et son chant malsain), ça fonctionne, c’est dramatique et ça vous laisse la gorge qui pique.

Parfois, les déviations vous font arriver plus vite à la maison (« Consigned To Fate », exercice en Crust majeur qui vous tend le sien en pleine gueule, « Dead Inside » qui reprend dans les grandes lignes les agressions de zombies de Walking Dead avec lance-roquette à la place de l’arbalète), de temps à autres, on n’évite pas la citation (« Bone Chapel » et son intro de basse à la Embury qui laisse présager d’un orage de Crust/Grind qui augure d’une surnage dans les flots du carnage), et lorsque tous les ingrédients sont portés à ébullition, on tombe en plein drame de bruit fatal et d’exhortations qui font mal (« Anathema », et ses chœurs démoniaques qui font passer l’exorcisme d’Anneliese Michel pour un gentil dialogue de cathos récitant leur missel).

Bon, tout ça est vraiment intense et fatigant, mais même avec la sueur perlant, il faut trouver une conclusion idoine à ce massacre ambiant.

Si d’aventure en tant que DJ Metal, vous aviez osé un jour le mix entre Smear Campaign de NAPALM, Extreme Conditions de BRUTAL TRUTH, Kill…Em’All des THE KILL, Calculating Infinity des DEP, vous aviez dû vous rendre compte de l’effet produit par le raout sur votre audience de bon goût. Hystérie, danse de Saint Guy, jets de bave et hurlements maudits, le tableau vous avait sans doute tétanisé, mais l’enthousiasme satisfait.

Alors comprenez bien que ce premier longue durée des malades de THE DRIP produit peu ou prou le même effet, et vous crame sur la ligne sans avoir besoin de stéroïdes.

Une boucherie sans nom, une tuerie pour de bon, qui a sciemment choisi les armes les plus létales de l’extrême pour faire se flétrir les pétales de votre résistance.

Cette nouvelle référence risque de faire date, et de repousser les limites du Grind qui n’en est plus forcément, et de fait, de rendre encore plus exigeants les fans de boucan.

Comme l’album est de plus disponible en double vinyle et en CD, son impact n’en sera que plus mauvais pour les collectionneurs de beaux objets. De quoi transformer une migraine en vilaine hémorragie cérébrale. Trust Relapse and collapse.

 Ça pourrait être une devise définitive.


Titres de l'album:

  1. Blackest Evocation
  2. Anathema
  3. Gruesome Poetics
  4. Dead Inside
  5. Covered In Red
  6. Terror War Industry
  7. Painted Ram
  8. Wretches
  9. In Atrophy
  10. The Answer
  11. Exile
  12. Consigned To Fate
  13. Bone Chapel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 26/01/2017 à 14:22
90 %    373

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Orthostat

Monolith Of Time

Obscenity

Summoning the Circle

Psy-no-ark

Nodvs Gordivs

Stranguliatorius

Rope Soap Tabouret

Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Concerts à 7 jours

Father Merrin + Dragunov + Daerrwin

02/03 : Black Baron, Nancy (54)

+ Uada + Tribulation

23/02 : Cinema, Alost ()

Photo Stream

Derniers coms

Merci pour ce petit clin d’œil à Heavy Sound et content de t'avoir eu au sein de l'équipe dès les tout débuts de l'aventure... et longue vie à Sleeping Church Records et Metalnews !


Rien qu'avec ces deux noms ça promet d'être très poétique en effet !


Allons allons, j'ai des gens qui m'aident bien autour de moi, tu sais de quoi je parle Jus de cadavre... c'est aussi grâce à des personnes comme toi que tout cela est possible.


Cool oui l'interview ;) Un groupe, un label et le zine... Je sais pas comment tu fais Simo ! :D


Merde, mais c'est mortel RITUALS ! J'étais complètement passé à côté... Chouette interview encore une fois et bonne continuation à Sleeping Church Records ;-)


@Kerry King : Si tu aimes Gus Van Sant, tu aimeras...


J'ai jamais regardé le "Last Days" je me demande si il vaut le coup ?

Lords of Chaos je me demande quand il sera dispo ça fait longtemps qu'on annonce le film.


Ca sent mauvais tout ca...


Tout pareil Simo ! Bienvenue Acid, ça fait plaisir une nouvelle plume ! :)


Et voilà c'est corrigé...


Parce que dans la com' du label, c'est le pays qui est indiqué... j'avoue que je n'ai pas vérifié mais effectivement en voyant Vindsval, j'aurais du corriger de moi-même, désolé c'est bien Français...


Avec cette chronique, nous accueillons dans notre équipe Acid
Vous retrouverez d'autres articles de sa part prochainement mais toute l'équipe de Metalnews.fr lui souhaite la bienvenue, en espérant que sa plume vous séduise et qu'elle vous fasse découvrir de nouveaux groupes ou vous confor(...)


Pas mal, rien d'extraordinaire et ça reste du black Telerama-compatible (ça m'empêche pas de beaucoup aimé BaN) mais il y a 2 choses que j'apprécie :

1) Ils avaient fait une itw du gars de Throane et je m'étais dit, c'est bien mais ils pourraient quand même s'intéresser à BaN q(...)


les Vegan et auters Veggie nous les cassent sévère


Ouais le "Rock" c'est la grande mode, c'est hype. Faut profiter du filon avant que ça s’essouffle !
Et si Nirvana a eu son "Last Days" de Gus Van Sant, fin c'est sur Cobain plutôt. Plus une palanquée de docu plus ou moins bon.


J'avais adoré le premier album... celui-là ne m'a pas déçu. Un groupe qui mériterait d'être plus connu.


C'est entraînant


Débat intéressant.
Autant la gars de Tyr assume complètement son truc, et c'est son droit, du moins tant que le pays d'où il vient maintient la légalité de cette pratique. Autant une asso qui se veut vegan, moi je trouve ça étrange qu'elle cautionne ça en étant partie prenante de l'(...)


Avec tout ça, TYR ne fera jamais la 1ere partie de GOJIRA . Je ne suis pas vegan je n'ai jamais écouté TYR, mais on peut aussi boycotter les concerts dont les groupes sont chasseurs ou bossent dans des abattoirs. Pour les chasseurs , il y a de tout du saoulot, du viandar mais aussi du responsabl(...)


Cette année ça y va les films qui retracent l'histoire d'un groupe...

Queen, Mayhem, Motley Crue les trois a la fois, a qui le tour ? Limp Bizkit lol

Nirvana ils ont jamais rien fait ? Je me demande.