Si jusqu’à aujourd’hui vous n’aviez entrevu le Grind que comme une succession de blasts plus ou moins agencés, secouant des riffs monolithiques d’une simplicité lénifiante, et couvrant des vocaux de bête en errance, vous en êtes pour vos frais, et c’est justement de saison.

Car le Grind, aussi extrême soit-il, a lui aussi évolué depuis ses prémices anglais des 80’s, et se montre en 2017 sous un jour nouveau, encore plus brutal, encore plus rapide, malsain, Heavy, et surtout, versatile dans son optique de déstabilisation des bases classiques.

Mais pourquoi un tel laïus qui se veut moralisateur et abrutissant ?

Parce qu’en ce terne mois de janvier sort enfin le premier full lenght d’une des créatures US les plus hideuses et dangereuses du style, hébergée je vous prie depuis quelques années par la chaumière Relapse, qui comme on le sait, ne prête pas ses fétus de paille à n’importe quel monstre de foire.

THE DRIP, c’est quoi au juste ? Une goutte de haine dans un océan de ressentiment ? La dernière avant l’affalement d’enivrement ? Celle qui vous tombe sur le front en passant sous les gouttières du Noise ? Bien fraîche en hiver et bouillante en été pour vous crisper un peu plus ?

C’est tout ça à la fois, mais surtout un des combos ricains les plus efficaces et novateurs du style, qui peut se targuer d’avoir tout compris à DILLINGER et NAPALM et de les avoir mélangés au sein d’une crise de démence CONVERGE/THE KILL.

Bonne pioche, c’est costaud, et surtout, pour la première fois en version longue, puisque ces petits malins ont pris leur temps et trois EP depuis leur création en 2007.

Au-delà de tout ça, THE DRIP, ce sont cinq gars (Shane Brown – batterie, Brandon Caldwell – chant, Bobby Mansfield & Blake Wolf – guitares et Talon Yager – basse), et pas de fille, une carrière entamée il y a dix ans pour, selon leurs dires, « transformer l’héritage de NAPALM DEATH, TERRORIZER, et BRUTAL TRUTH en un assaut Grind moderne et sans compromis, à base de blasts qui arrachent ta face et de brutalité sonique ».

Jolie promesse, et qui plus est, tenue. Il est certain que jusqu’à lors, le barouf de ces tarés tenait largement la route sans sortie ni croûtes, et on misait beaucoup sur leur côte en attendant patiemment qu’ils osent enfin lâcher le sprint facile pour le demi-fond un peu plus long.

Chose faite, et avouons-le derechef, même sur de multiples tours de pistes, les gredins tiennent la cadence, justement parce qu’ils ont pensé leur course en amont, et n’ont pas misé sur une allure vivace sans ménager leurs talons.

Alors, ça donne de la brutalité évidemment, de la vitesse indéniablement, mais aussi des ambiances, des dépassements un peu limites dans l’esprit, et des enjambées un peu tarées qui brulent le plastique des couloirs sans penser à l’odeur de caoutchouc cramé.

Produit pat l’inévitable Joel Grind des TOXIC HOLOCAUST et mixé par l’immanquable Brad Boatright (SKELETONWITCH, GATECREEPER, WEEKEND NACHOS), The Haunting Fear Of Inevitability ressemble à s’y méprendre à ces courses fractionnées que tous les amateurs de basket connaissent par cœur. Le genre d’exercice qui vous laisse sur les rotules à force d’aligner les embardées véloces et les ralentissements atroces.

Avec les chevilles en coton et les cuisses en flanelle, vous ressortirez de cette écoute avec les jambes qui flagellent, puisque les cinq américains ont voulu la chose ainsi. Une douzaine de morceaux qui s’enchaînent sans pitié pour votre palpitant, avec une grosse bordée d’ultraviolence sur timing serré, et quelques écrasements bien calculés pour casser le rythme et vous laisser essoufflé.

Démarrant sur les chapeaux de fauteuil roulant avec un « Blackest Evocation » terrifiant, les THE DRIP laissent alors se succéder de courtes interventions lapidaires avant de faussement calmer le jeu en trempant leur Heavy dans un Loudcore assourdissant, qui vous met les oreilles en sang.

Et quelle que soit l’optique, elle est impressionnante. Que le bulldozer se dope à la nitro et avance comme un fou dans les rangs des spectateurs, sans pitié pour les massifs de fleurs (« Gruesome Poetics », poétique mon cul, « Exile », même Dan Liker les prendrait pour de gentils allumés, « In Atrophy », certainement pas au niveau de la rythmique à faire rougir de honte les THE KILL), ou qu’il repasse en première pour vérifier qu’il a bien tout aplani et ratissé (« Covered In Red », oui, le sang ça éclabousse, surtout lorsque le mélange Chaotic Core/Grind/Sludgecore sent la mort, « Wretches » qui lui aussi pue le malaise de bord de terrain avec ses guitares acides et son chant malsain), ça fonctionne, c’est dramatique et ça vous laisse la gorge qui pique.

Parfois, les déviations vous font arriver plus vite à la maison (« Consigned To Fate », exercice en Crust majeur qui vous tend le sien en pleine gueule, « Dead Inside » qui reprend dans les grandes lignes les agressions de zombies de Walking Dead avec lance-roquette à la place de l’arbalète), de temps à autres, on n’évite pas la citation (« Bone Chapel » et son intro de basse à la Embury qui laisse présager d’un orage de Crust/Grind qui augure d’une surnage dans les flots du carnage), et lorsque tous les ingrédients sont portés à ébullition, on tombe en plein drame de bruit fatal et d’exhortations qui font mal (« Anathema », et ses chœurs démoniaques qui font passer l’exorcisme d’Anneliese Michel pour un gentil dialogue de cathos récitant leur missel).

Bon, tout ça est vraiment intense et fatigant, mais même avec la sueur perlant, il faut trouver une conclusion idoine à ce massacre ambiant.

Si d’aventure en tant que DJ Metal, vous aviez osé un jour le mix entre Smear Campaign de NAPALM, Extreme Conditions de BRUTAL TRUTH, Kill…Em’All des THE KILL, Calculating Infinity des DEP, vous aviez dû vous rendre compte de l’effet produit par le raout sur votre audience de bon goût. Hystérie, danse de Saint Guy, jets de bave et hurlements maudits, le tableau vous avait sans doute tétanisé, mais l’enthousiasme satisfait.

Alors comprenez bien que ce premier longue durée des malades de THE DRIP produit peu ou prou le même effet, et vous crame sur la ligne sans avoir besoin de stéroïdes.

Une boucherie sans nom, une tuerie pour de bon, qui a sciemment choisi les armes les plus létales de l’extrême pour faire se flétrir les pétales de votre résistance.

Cette nouvelle référence risque de faire date, et de repousser les limites du Grind qui n’en est plus forcément, et de fait, de rendre encore plus exigeants les fans de boucan.

Comme l’album est de plus disponible en double vinyle et en CD, son impact n’en sera que plus mauvais pour les collectionneurs de beaux objets. De quoi transformer une migraine en vilaine hémorragie cérébrale. Trust Relapse and collapse.

 Ça pourrait être une devise définitive.


Titres de l'album:

  1. Blackest Evocation
  2. Anathema
  3. Gruesome Poetics
  4. Dead Inside
  5. Covered In Red
  6. Terror War Industry
  7. Painted Ram
  8. Wretches
  9. In Atrophy
  10. The Answer
  11. Exile
  12. Consigned To Fate
  13. Bone Chapel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 26/01/2017 à 14:22
90 %    418

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Temple Balls

Untamed

Starchild

Killerrobots

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou


*que pour les marathoniens


Concernant la bière si il faut choisir oui la Jup c'est mieux que la kro mais bon... on a sans doute trop pris l'habitude des bonnes bières artisanales qu'on trouve partout aujourd'hui ;)
Sinon oui au début (et / ou bourré) la salle c'est un peu Poudlard : quand on prend un escalier on sai(...)


j'aime bien , un album ou on discerne chaque intrument. A retenir dans un coin de la tête pour cet été.


Je n'y étais pas cette année, mais effectivement, très, très bon fest que celui-ci.
- J'ai effectivement entendu dire par quelques comparses qui eux avaient fait le déplacement que c'était l'année où il y avait le moins d'affluence. Bizarre au vu de l'affiche toujours aussi bandante.


Très beau récit, merci ! Cela donne envie. Je ne suis pas étonné de l'apathie du public Néerlandais, il paraît que ce sont les pires à travers toute l'Europe pour ça. Mais cela n'empêche pas de profiter.


Merci pour le report, ça donne envie d'y aller ! :)


Oui la pochette est superbe.