Conqueror

Band Maid

11/12/2019

Jpu Records

Le marché japonais est très spécial, nul ne l’ignore. Là-bas, les idols sont considérées comme de véritables Dieux/Déesses descendu-es sur terre pour honorer les fans de leur lumière surnaturelle. Lorsqu’on vend un groupe au Japon, on vend plus que des musiciens et leur musique. On vend une image de perfection, on vend un packaging qui comprend l’admiration, l’adulation, au-delà du raisonnable. D’ailleurs, les albums ne sont pas de simples albums, ce sont toujours des coffrets de luxe, qui se déclinent en autant de pochettes que le groupe/artiste le permet, agrémentés de goodies, de blu-ray bonus, et autres petites friandises dont les nippons ont le secret et le privilège. Il n’est d’ailleurs pas rare qu’un LP soit précédé d’une kyrielle de vidéos, toutes plus pro et colorées les unes que les autres, mettant en situation ces héros d’un nouveau temps qui sont beaux, jeunes, talentueux, et surtout, intouchables. Autant vous le dire, si le phénomène BABYMETAL vous porte sur le système et échappe à votre champ de compréhension, il y a peu de chance que vous soyez réceptif à la musique des BAND MAID. D’une, parce que le principe, bien que différent, présente des similitudes flagrantes. De deux, parce que la musique des BAND MAID est beaucoup moins Metal que celle de leurs petites sœurs au signe du renard. Ces cinq soubrettes jouent en effet un Rock beaucoup plus abordable, assez proche du Rock alternatif  US des années 2000, les tics Metalcore en moins, mais l’attitude Nu Metal en commun. Et avec six albums pour autant d’années d’existence, les petites servantes commencent à se bâtir une sacrée carrière que beaucoup d’autres artistes pourraient leur envier. Sixième album donc pour les musiciennes au plumeau, et confirmation d’un plan qui ne laisse rien au hasard. Conquérir le monde avec leurs chansons simples mais efficaces, et asseoir la suprématie d’une stratégie commerciale rodée et huilée. En gros, vendre la culture japonaise dans le monde entier, et convertir des millions de fidèles. Et malgré la fascination d’une frange du public européen et américain pour tout ce qui est kawaii, la partie n’est pas gagnée.

Conqueror est donc le sixième LP de cette confrérie de femmes de chambre, et peut-être l’un des plus abordables de leur discographie. En reprenant à leur compte des recettes commerciales qui existaient bien avant leur naissance, les cinq musiciennes (Saiki Atsumi – chant, Miku Kobato – guitare/chant, Kanami Touno – guitare, Akane Hirose – batterie et Misa – basse) jouent sur du velours et participent à cet effort collectif d’exportation des traditions musicales d’un pays. Se reposant tout autant sur l’image que sur la musique, le groupe offre donc un paquet cadeau complet, ce sixième LP se déclinant en autant de pochettes que de musiciennes, avec divers bonbons auditifs et visuels inclus dans la version physique. Vous pouvez donc acheter le disque avec le visage de votre membre préféré, et apprécier des paroles traduites en anglais pour pouvoir chanter en chœur avec vos héroïnes. Certes, le principe est plutôt puéril est fort peu en adéquation avec nos intérêt, mais l’astuce est remarquable, d’autant plus que les chansons respectent le cahier des charges du J-Rock. Cette appropriation de thèmes américains remis au goût d’un jour de soleil levant est d’une efficacité redoutable, ce qui n’a pas échappé au grand producteur Jack Douglas qui a proposé aux filles de travailler avec lui. Une collaboration intéressante sur le papier, et gage de crédibilité, mais surtout, la preuve que le marché occidental a depuis longtemps craqué pour les stratégies asiatiques. Il faut dire que les méthodes sont plutôt efficaces, et les chansons entêtantes, romantiques, musclées, mais surtout calibrées pour ratisser large. Pas sûr sur le public Rock passionné succombe à ces mélodies sucrées et ces riffs millimétrés, mais pour un public adolescent, l’astuce est futée et le résultat garanti : toutes les jeunes filles perméables à la culture japonaise vont craquer pour ce LP aux entournures polies et aux coins rabotés pour ne pas blesser.

Cette chronique ne s’adresse donc pas forcément aux hard-rockeurs purs et durs, mais bien à ceux qui se sentent capables d’un minimum d’ouverture d’esprit. Le schéma respecté par ce sixième chapitre est en tout point identique à celui appliqué sur les cinq premiers, à savoir proposer un éventail de styles le plus ouvert possible, du hit Pop-Rock à la distorsion discrète et au refrain fédérateur, à la ballade sirupeuse propre à faire craquer vos petits cœurs sensibles aux harmonies standardisées et éprouvées. Du vrai travail de pro, dont on ressent la perfection dès « PAGE », qui ne heurte personne en ouverture et qui prend même le risque de nous aborder par la face la plus sensible. Guitare acoustique, chant velouté et délicat, couplets mesurés et refrain proportionné, pour un regard en arrière sur la Pop des années 2000. C’est efficace, pas forcément crédible pour les puristes, mais avec un morceau de la trempe de « glory » en suite immédiate, l’effet choc est palpable. Les musiciennes connaissent leur boulot, leurs producteurs aussi, et les deux parties savent bien que sans décibels et rythmique percussive, le public européen a peu de chance d’affilier les BAND MAID au monde du Rock. Certes, l’empreinte des cadors US est plus que palpable (PAPA ROACH, LINKIN PARK), mais le rendu est époustouflant de perfection, pour peu que l’option radiophonique ne vous déclenche pas d’allergie. Mais avec un gros riff circulaire à rendre fou n’importe quel groupe de Nu Metal, les japonaises s’autorisent une bonne marge de manoeuvre…Et la tactique est intelligente, les morceaux se succédant à une vitesse folle, sans nous laisser le temps de réfléchir, avec chacun leur patte et leur optique. Toujours à cheval entre Pop, Rock et alternatif, le quintet ose toutes les allusions, et nous propose des chansons qui vont faire un malheur en live, associées à une mise en scène idoine et un look ne l’étant pas moins. Sans trop forcer sur le fantasme de la soubrette (mais quand même pas mal, puisque tel est le concept), BAND MAID lâche les chœurs Teen sur fond de Rock californien du nouveau siècle (« Liberal »), et avance sans trop se poser de question, mais en penchant sévèrement du côté Pop où elles vont finir par tomber. Certainement l’album le plus délibérément catchy de leur carrière, Conqueror tente par tous les moyens de coller à son titre et de représenter le pinacle d’un désir de domination mondiale (« At the Drop of a Hat »).

Inutile dès lors de se livrer à l’exercice fastidieux du track-by-track puisque vous avez très bien compris le principe de l’exercice. Sorte de pendant soft des BABYMETAL, sans la puissance de DRAGONFORCE en appui, BAND MAID n’est rien de moins qu’un archétype Rock qui tient méchamment la route, et qui connaît le bon répertoire pour faire fondre les masses. Sorte de parc d’attraction musical à sensations pas trop fortes, Conqueror et ses quinze morceaux se présente plein, et peut-être un peu trop, l’effet de lassitude gagnant au fur et à mesure de son avancée. Les réflexes étant très répétitifs, on guette la petite différence, qui intervient parfois sous la forme d’un énervement purement Punk (« Dilemma »), d’un durcissement Pop-Punk aux astuces techniques révélant le potentiel indéniable des instrumentistes (« Bubble »), ou de syncopes très prononcées et d’une folie saine assumée (« Catharsis »). Si le milieu de l’album souffre d’un manque d’inspiration, sa seconde partie laisse enfin s’exprimer l’exubérance, et propose les chansons les plus délurées, et se pose en acmé d’une stratégie très élaborée. Un disque qui forcément ne laissera pas grand trace dans l’histoire du Rock, mais qui a le mérite de nous faire oublier la triste réalité pendant une heure. Quant à savoir s’il faut remercier le Dieu marketing ou s’incliner devant les déesses en petites jupe noire, la question reste ouverte, et la réponse sans importance.

 

Titres de l'album :

                          01. PAGE

                          02. glory

                          03. Liberal

                          04. endless Story

                          05. Mirage

                          06. At the drop of a hat

                          07. Wonderland

                          08. azure

                          09. Dilemma

                          10. Bubble

                          11. The Dragon Cries

                          12. flying high

                          13. カタルシス (Catharsis)

                          14. Blooming

                          15. 輪廻 (Rinne)

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 16/07/2020 à 14:37
80 %    424

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Jon _ interview d'un homme multi-facettes

Simony 23/11/2020

Interview

Future World

mortne2001 23/11/2020

From the past

Voyage au centre de la scène : les fanzines

Jus de cadavre 22/11/2020

Vidéos

Rammstein 2005 (Volkerball)

RBD 16/11/2020

Live Report

At The Mill _ Live Stream Performance

Simony 07/11/2020

Live Report

Dahey OWM

Simony 01/11/2020

Interview

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Saor + Borknagar + Cân Bardd 05/12 : Cco, Villeurbane (69)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

Voilà 

03/12/2020, 23:19

Satan

@ Gargan : Tu n'as jamais écouté "Weiland" semble-t-il? J'ai failli m'étouffer quand j'ai lu que tu trouvais ça kitsch, car si un titre aussi luxueux est kitsch pour toi, tout dans le métal ou apparenté le devient.

03/12/2020, 21:30

Vink Dup

Excellente chronique !Il devient rare de nos jours de tomber sur des pepites du genre.Un album explosif !!Une bonne continuité depuis Expneration Denied.

03/12/2020, 13:37

Simony

Je comprends parfaitement cher Humungus et connaissant un peu les gaillards de CONVICTION, c'est tout sauf une posture mercantile en plus !Du coup, comme tu le dis : Achat !

03/12/2020, 11:09

Hoover

Que Carcass passe avant Behemoth ça me semble logique car ces derniers ont pris une nouvelle dimension depuis The satanist, je suis plus dubitatif sur Arch Enemy. Encore à l'époque Wages of sin / Anthems of rebellion où le groupe a explosé j'aurais pu (...)

03/12/2020, 11:08

Gargan

J'avais un peu de mal avec certains chants clairs et certaines mélodies, un peu kitch à mon goût et souvent en total décalage avec le chant extrême. Mais là c'est bien équilibré, un peu à la Opeth parfois. Artwork magnifique a(...)

03/12/2020, 09:48

Humungus

C'est très con à dire, mais ce truc de "un album réalisé par des fans de True Doom Metal, pour les fans de True Doom Metal" me parle (...)

03/12/2020, 09:18

Invité

Excellent titre et précommande faite. Cependant n'y a t'il pas un air / une inspiration du générique de Game of Thrones dans les premières notes ?

03/12/2020, 08:50

metalrunner

Depuis 88 et le pseudo retour ce groupe est pour ma part devenu une arnaque.

03/12/2020, 08:31

Arioch91

Je plussois !

03/12/2020, 07:40

Arioch91

Ca me semble intéressant et mérite que je m'y penche.

03/12/2020, 07:39

Satan

Après avoir écouté ça, il m'est impossible d'écouter autre chose sans risquer d'être dans le dénigrement. Empyrium ou le sens de la magie pure...

02/12/2020, 22:25

Bones

Acheté hier après des semaines de patience. Les références à S.O.D. et Slayer ne sont pas usurpées.  PUTAIN DE DISQUE ! Foncez !

02/12/2020, 18:36

Buck Dancer

MorbidOM, je savais pas pour Sabbath avant Ozzy et ça m'a fait un choc. J'étais à ce concert avec Napalm et Obituary. Carcass passe de tête d'affiche des légendes des années 90 à guest sur d'autres affiches(...)

02/12/2020, 15:53

MorbidOM

@Buck Dancer : Ou Black Sabbath qui ouvre pour Ozzy... Ah non ça ça a eu lieu...@totoro : J'ai vu aussi le concert avec Amon Amarth mais ça ne m'a pas trop traumatisé déjà parce qu'Amon Amarth c'est supportable et que même(...)

02/12/2020, 14:39

Buck Dancer

Humungus, on est d'accord pour la qualité des groupes. Mais si Ulrich avait du jouer avant je crois Mustaine je crois  qu'il aurait fait une attaque.  

02/12/2020, 14:31

totoro

Je la trouve pas mal cette affiche ! Unto Others, c'est pas mal du tout, une sorte de Sisters Of Mercy Metal ! Concernant Carcass, c'est vrai que ça fait un peu mal au cul; mais finalement la dernière fois que je les ai vu sur Paris, c'était en première (...)

02/12/2020, 13:15

Simony

@Humungus : ah j'ai posé l'écrire mais j'en pense pas moins...

02/12/2020, 10:43

Gargan

OUl ! Je l'attends de pied ferme, celui là.

02/12/2020, 09:30

Humungus

@ Buck Dancer :Sauf que GRIP INC. et MEGADETH, c'est très bon... ... ...

02/12/2020, 08:50