Freaks And Clowns

Freaks And Clowns

25/10/2019

Metalville

Vous connaissez un peu le principe du Purgatoire si vous avez lu la bible ou au moins La Divine Comedie de Dante. Ce truc situé entre le Paradis et l’Enfer, pas vraiment médian, mais au concept équivalent à attendre son sort tout en subissant quelque peu l’ire des dieux. Le mien est suédois, et j’y suis coincé depuis un moment…Mais mon Purgatoire, loin de ressembler à un succédané de l’enfer sans les anges du Paradis, est un Purgatoire musical, peuplé d’instrumentistes qui se donnent du mal pour agrémenter mon quotidien autrement qu’avec une brume qui plane et des plaintes émanant du lointain. Plus sérieusement, je commence à me poser des questions sur ma réalité musicale, tant les groupes suédois que je chronique représentent à peu près un tiers de mon boulot de chroniqueur, un peu comme une presse à vinyles qui tournerait jour et nuit, tout en faisant très attention à la qualité de ses produits. Pas une semaine ne se passe sans que je me retrouve à Stockholm, à Göteborg, Malmö, Uppsala, la grande partie de la production s’étant concentrée dans ces villes, au plus grand étonnement des journalistes mondiaux qui n’auraient pu soupçonner telle chose il y a encore vingt ans. Aujourd’hui, le cas de figure est assez intéressant, puisque le groupe abordé est plutôt à prendre comme un side-project, et une association amicale impliquant les trois cinquièmes d’un groupe bien connu de la scène. Si vous connaissez Metalville, ce label allemand qui ne manque jamais de nous envoyer ses nouveautés, vous connaissez donc forcément ASTRAL DOORS, dont le petit dernier fut lâché en avril de cette année. Worship or Die, huitième LP du combo confirmait l’allégeance des musiciens à un Heavy Metal de tradition, et il n’est guère étonnant de constater que ce nouveau projet monté par Johan Lindstedt en respecte aussi les codes. C’est ainsi qu’il décida un jour de se lancer dans la conception d’une nouvelle entité en compagnie de son ami Chrille Wahlgren, chanteur de son état au timbre rauque et vicieux comme on les aime…Au départ, le fringant batteur et le sémillant chanteur s’étaient fixé comme objectif d’écrire une quinzaine de chansons pour ce nouveau concept, qui finalement s’arrête à onze, mais s’est vu complété en route par deux autres membres d’ASTRAL DOORS, Mats Gesar (guitare) et Ulf Lagerström (basse), puis augmenté d’un second guitariste, Mathias Henrysson.

Le but du jeu? Continuer le travail entrepris par le groupe principal des trois musiciens, en lui apportant une petite touche conceptuelle et horrifique, et en transposant son imagerie dans celle du cirque des freaks et autres clowns de sinistre légende. On connaît le principe, il est assez classique, mais il s’accompagne ici d’un Metal franc et massif, souhaitant faire la jonction entre les eighties de tradition et une approche plus contemporaine. Sans viser l’originalité à tout prix, les deux têtes pensantes et leurs trois accompagnateurs ont donc soigné leur optique, et malgré des photos promo un peu cheap évoquant un combo de BM de troisième ou quatrième division, le résultat est assez performant, à défaut d’être renversant, et la belle énergie dont fait preuve le groupe l’apparente à une sorte de cousin germain de DIO et KING DIAMOND, avec un peu d’AVATAR pour parrainer le tout. On sent aussi toute l’importance de l’Allemagne d’ACCEPT, notamment dans la voix de Chrille Wahlgren, éraillée et légèrement sardonique dans ses accents, soutenant avec flair des riffs classiques, mais plus ou moins prenant. On sent clairement que le background des musiciens leur a servi de base de réflexion au moment de la composition, et si le Heavy d’il y a trente ans règne en maître sur Freaks And Clowns il n’en est pas moins transcendé par une énergie nouvelle, et une envie de le sortir de son carcan old-school un peu trop restrictif. Pourtant, vintage, ce premier album l’est, un peu comme si GAMMA RAY, JUDAS PRIEST, ICED EARTH, ACCEPT, et autres références incontournables s’étaient regroupés pour nous narrer une aventure extraordinaire. Toujours prompts à mâtiner l’agressivité de mélodies sous-jacentes et de chœurs fédérateurs, les suédois se font donc plaisir avec ce premier album qui à n’en point douter séduira les amateurs de Heavy légèrement lyrique et dramatique sur les bords, pas forcément inventif, mais bien arrangé, superbement produit, et apte à leur donner les frissons dont ils ont toujours besoin.

Mais où le bât blesse-t-il alors ? Et bien autant dire qu’avec onze compositions et presque cinquante minutes de musique, la linéarité n’échappera pas à l’observateur attentif, qui regrettera que le mid tempo s’impose en roi, et que certains motifs se répercutent souvent sur les murs de la créativité. Hésitant entre boogie pataud et costaud et Heavy tronçonné à la germaine, les scandinaves se montrent un peu timorés, et rentre en faux avec leur propre concept de créatures bizarres et de clowns étranges. On aurait apprécié plus de culot et d’imagination, puisque quasiment tous les titres sont bâtis sur le même moule, avec toujours ces guitares bloquées sur des licks traditionnels, et ce chant dramatique dans la puissance. Le résultat est donc beaucoup plus conventionnel que l’idée, et il est franchement dommage que l’essence même du concept n’ait pas plus puisé dans le Power Metal voire le Thrash pour agrémenter son ambiance globale d’une petite touche de folie. On a souvent le sentiment d’un LP croisant le fer entre DIO, ACCEPT et JUDAS PRIEST, ce qui n’est pas foncièrement désagréable, mais qui s’étend au-delà de limites raisonnables. Un peu comme si l’inspiration avait été suffisante pour en EP, puis diluée pour atteindre la durée d’un LP. Ce qui n’empêche nullement des morceaux comme « Demons In Disguise » de frapper très fort niveau Néo-Power, avec une grosse basse grondante et des riffs qui pour une fois s’assombrissent un peu, ou « All Hell’s Breaking Loose » au déhanché plus souple qui nous évite pour la énième fois ces rythmiques viriles, mais désespérément inamovibles. Peu de ruptures, pas de ballades, quelques pointes de fun parfois, notamment en fin de parcours avec « Thunder And Lightning », qui réunit les SAXON et THIN LIZZY dans un monde à la PRIMAL FEAR, mais surtout, un aveuglément global ayant privilégié la passion sur l’innovation, et si FREAKS AND CLOWNS s’en sort tout juste avec les honneurs, le travail accompli reste dans la seconde division de confort dans laquelle ASTRAL DOORS piétine depuis sa création.  

Agréable, mais pas transcendant, supportable, mais vite énervant, cet album ne restera qu’une anecdote, un petit plaisir de récré pour des musiciens un peu trop obsédés par le passé. Une foire aux merveilles un peu trop clean pour vraiment effrayer, et trop sérieuse pour vraiment amuser. Un Purgatoire musical en quelque sorte…                

  

Titres de l'album :

                          01. Demons In Disguise

                          02. Into The Ground

                          03. The Battle Of Love And Trust

                          04. Creatures Of The Night

                          05. Freaks And Clowns

                          06. Heartbreak City

                          07. All Hell’s Breaking Loose

                          08. King Of The Sun

                          09. Thunder And Lightning

                          10. Breaking All The Rules

                          11. Tell It To The Priest

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 25/10/2019 à 17:49
68 %    235

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Jon _ interview d'un homme multi-facettes

Simony 23/11/2020

Interview

Future World

mortne2001 23/11/2020

From the past

Voyage au centre de la scène : les fanzines

Jus de cadavre 22/11/2020

Vidéos

Rammstein 2005 (Volkerball)

RBD 16/11/2020

Live Report

At The Mill _ Live Stream Performance

Simony 07/11/2020

Live Report

Dahey OWM

Simony 01/11/2020

Interview

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Saor + Borknagar + Cân Bardd 01/12 : Le Petit Bain, Paris (75)
Saor + Borknagar + Cân Bardd 02/12 : Le Rex, Toulouse (31)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Bones

Le délire ! 26 ans plus tard, retrouver un vieux dessin signé bibi dans l'un des fanzines de cette vidéo !  Une sombre merde dont j'étais hyper fier à l'époque.

24/11/2020, 23:14

RBD

Jolie plongée nostalgique dans cet univers des premiers passionnés, plus libre que celui des premiers magazines bien que certains s'en rapprochaient dans la forme. Les fanzines faisaient le lien au sein des scènes locales d'un même secteur, à une &eacut(...)

24/11/2020, 23:01

Yolo

Aucun rapport avec Dark Funeral. Décidément tu nous les auras toutes faites toi.

24/11/2020, 21:23

Yolo

Aucun rapport entre MGLA et Deus Mortem. Sérieux...

24/11/2020, 21:15

Simony

Ah non là DEUS MORTEM associé à MGLA, je ne pense pas qu'ils soient dans la même optique du Black Metal. DEUS MORTEM c'est plus MARDUK et compagnie qui les branche. Excellent groupe à la discographie difficilement discutable lorsque l'on aime c(...)

24/11/2020, 18:08

Humungus

Au vu de l'attrait de certains pour le bazar, je colle une oreille sur ces deux extraits :Mais c'est que c'est du tout bon ça bordel !!!J'ai donc poussé un peu plus mes investigations en écoutant le premier album et second EP : Pas mal du tou(...)

24/11/2020, 16:17

Humungus

POMAH je vous aime.

24/11/2020, 16:05

Humungus

D'accord avec toi L'Apache concernant l'attrait des pochettes.Cela m'a d'ailleurs fait penser dans le style décalé des jaquettes, le format et la rareté de la chose à ce que peut nous pondre TODESSTOSS.Sinon, du coup, j'ai &e(...)

24/11/2020, 16:04

Zorg

Super label, et super discours. Franchement, c'est un de mes labels préférés de par leur éthique qui transparait dans les propos tenus.

24/11/2020, 13:31

Gargan

Black metal, Pologne. Déjà, ça sent bon. Un paquet de clones de Mgla depuis quelques temps, on sent effectivement une influences mais l'ambiance semble propre au groupe, à voir sur album. 

24/11/2020, 08:59

L'Apache

Ah ouais ? Moi je les trouve trop stylées ! Et il y a une vraie singularité dans leur artworks. 

24/11/2020, 08:40

Kerry King

L'album est excellent, digne des belles heures de Asphyx.

23/11/2020, 23:57

POMAH

J'avais vraiment aimé cet album à sa sortie, le seul point "pas" vraiment négatif à l'époque c'était ce chant pas vraiment affirmé, j'aurais aimé qu'il soit plus imposant lors de cette rééditi(...)

23/11/2020, 19:34

POMAH

+1 Humungus, c'est incroyable comment se groupe à bercé pas mal de mes années. Ils avaient un vrai talent de composition. 

23/11/2020, 19:28

Jus de cadavre

Y en a des trucs à écouter en cette fin d'année !

23/11/2020, 18:22

JTDP

@RBD : merci pour cette précision. Je me disais bien aussi qu'elle lui ressemblait étrangement...

23/11/2020, 14:05

RBD

L'illustration a été retouchée après reprise de celle de l'album "Y" du groupe Suisse Borgne (Black Indus bien malsain), qui est sorti un peu plus tôt dans l'année, pendant le confinement.

23/11/2020, 13:24

Humungus

AAAAAAAAAAAAHHHHHH !!! !!! !!!IRON MAN PUTAIN !!! !!! !!!Groupe de Doom aussi essentiel à mon sens que SAINT VITUS, PENTAGRAM ou autre TROUBLE !Achat obligatoire.

23/11/2020, 10:46

grinder92

Pour ceux que cela intéresse, un reportage sur Josh Foreman qui a créé la sculpture ayant servi pour la pochette : 

23/11/2020, 09:42

L'Apache

Encore une super vidéo !!! C'est vrai que le Fanzine à l'air de revenir à la mode. D'ailleurs ce qui est étonnant c'est que tu les payes souvent plus cher qu'avant à ou une époque où on serait sensé les payer moins c(...)

23/11/2020, 08:53