Fêter le retour du Messie, c’est de circonstance en cette période de fêtes de la nativité. La crèche, tout le tintouin, les boules, le sapin, les cadeaux, le foie gras…

Après, lorsque le Messie est du genre génie maudit bruitiste n’ayant aucun rapport avec Joseph, Marie, les rois mages et Bethlehem, la question de la pertinence se pose. Et puis son retour est-il synonyme de temps meilleurs, de joie, de bonheur et de plénitude entre les hommes ?

Pas sûr, vraiment pas sûr.

Dans cette mini sous production extrême qu’est le déversement underground de bruitisme outrancier, le rôle tenu par Mories, aka Maurice de Jong est d’importance. Un simple coup d’œil à sa production pléthorique depuis 2005 permet de comprendre à quel point l’homme est au moins aussi hyperactif que Devin Townsend, tout en incarnant son pendant/penchant assourdissant et psychopathe, ne s’intéressant qu’aux aspects les plus noirs et dérangeants de la musique moderne.

Et au jugé de la moyenne de ses parutions, 2016 fut une année stable, avec un seul EP et un split avec les ACTUARY, mais aussi ce LP dont nous allons parler, qui fait suite à celui de l’année dernière, Abyss Of Longing Throats, qui respectait comme d’habitude une certaine ligne de conduite exempte de toute complaisance.

Mories, en l’état, c’est un peu l’électron libre de la scène extrême underground Européenne. Le mec qui bricole dans son coin, qu’on appelle pour pousser quelques cris ou bidouiller deux ou trois arrangements, et qui offre volontiers ses services.

Mais il n’est jamais aussi efficace que lorsqu’il travaille pour lui, ce que démontre sans ambages ce dixième longue durée qu’il convient donc de célébrer comme un anniversaire.

Anniversaire un peu bizarre, organisé sans une cave, et avec quelques convives détraqués triés sur le volet…Mais un anniversaire quand même, dont Hymns For The Broken, Swollen And Silent est la bande son remplie de non abnégation totale, et qui une fois de plus, va faire appel à vos sens les plus primaux et à votre ouverture d’esprit tordu la plus totale.

Car on n’aborde pas un album de GNAW THEIR TONGUES comme du tout-venant extrême. L’homme travaille ses sons, ses ambiances, les place avec intelligence et patience, pour accoucher de symphonies de l’absurde que seuls les habitués du Dark Ambient et du Post Noise savent apprécier à leur juste valeur.

La symphonie 2016 est justement une collection d’hymnes, adressés et chantés à la gloire de tous les flingués de la terre qui n’appréhendent la musique que comme un moyen d’expression et un art de la déconstruction. Et sous cet aspect-là, le même que d’habitude, Mories ne déçoit pas. Il a une fois de plus signé une longue litanie de torture disharmonique qui s’intègre parfaitement au reste de son œuvre, en laissant libre court à son imagination hérité de Dante Alighieri, en nous ouvrant les portes de son purgatoire personnel. Mais qu’à cela ne tienne, il semblerait que ce dixième album fasse place à une certaine empathie de ton, et se place parmi ses travaux les plus « abordables ». Toutes proportions gardées évidemment…

Alors dans les faits, huit titres pour quarante minutes de bruits imbriqués les uns dans les autres pour former une sorte de mobile à la rotation instable, et qu’il est impossible de décrire en termes précis, individuellement s’entend. Car chaque chapitre de l’histoire de GNAW THEIR TONGUES s’aborde globalement, puisque pensé comme tel.

Alors on retrouve ces strates de sons qui se superposent, se mélangent, toujours abordés d’un point de vue extrême et irritant. Une agression continue des sens, avec pour l’occasion, une indéniable grandiloquence qui s’approche parfois d’une forme d’harmonie tangible (« Silent Burned Atrocities »), et qui nous ramène aux IN SLAUGHTER NATIVES et toute la clique des chantres d’un Dark Ambient à tendance industrielle. Et au fur et à mesure que l’album avance ses pions, on se surprend à « comprendre » la démarche de l’auteur, qui nous emmène quelque part, sans que l’on sache vraiment où.

Mais loin d’une simple provocation inaudible, Hymns For The Broken, Swollen And Silent semble répondre à un cheminement logique, qui ne refuse pas de se laisser amadouer par quelques structures un peu plus cohérentes que la moyenne. Sa propre moyenne évidemment…

Une fois de plus, Maurice a endossé toutes les responsabilités, a composé cet album en trois ans, l’a patiemment assemblé, produit, a invité des amis (Hekte Zaren sur « Our Mouths Ridden With Worms »), et a peut-être pensé que depuis qu’il se produit live, une certaine homogénéité était de mise, ainsi qu’une approche plus coulée de sa claustrophobie intense.

Ce qui fait ce de tome X de ses aventures un de ses disques les plus accessibles, ou plus ou moins selon votre sensibilité/endurance, que l’on peut écouter en premier avant d’aller plus en profondeur dans sa psyché torturée.

Il est certain qu’au vu de ses expériences passées, ces hymnes font partie des plus lumineux, si vous me pardonnez cette expression un peu osée dans son cas.

On y trouve même une de ses fulgurances créatives les plus remarquables dans la clôture « Our Mouths Ridden With Worms », qui tente un lyrisme sombre parfaitement délicieux, malgré des itérations Indus étouffantes, comme quoi, tout est possible.

Mais encore une fois, parler de GNAW THEIR TONGUES et tenter de vous expliquer pourquoi ce projet est d’une certaine façon indispensable est une entreprise vouée à l’échec dès le départ.

Hymns For The Broken, Swollen And Silent s’adressera comme d’habitude à la cohorte de suiveurs de Mories, dont je fais partie, et les autres continueront de l’ignorer, à tort ou à raison, et peu importe.

 Mais le bruit, sous toutes ses formes à des vertus cathartiques. Pour ses manipulateurs, et pour ses admirateurs.


Titres de l'album:

  1. Hold High The Banners Of Truth Among The Swollen Dead
  2. The Speared Promises
  3. Frail As The Stalking Lions
  4. Your Kingdom Shrouded In Blood
  5. Silent Burned Atrocities
  6. Hymn For The Broken, Swollen And Silent
  7. I Have Clad The Pillar In The Flayed Skins
  8. Our Mouths Ridden With Worms

Site officiel


par mortne2001 le 06/01/2017 à 17:49
70 %    310

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Pour l'anecdote en sortant de la salle (opération qui prend un certain temps lorsqu'on a eu la bonne idée de se mettre un peu devant dans un Petit Bain plein comme un œuf) mes voisins s'émerveillaient de n'avoir "jamais vu'" un concert de Black qui bouge autant...

Enfin ça m'a fait(...)


Ça fait belle lurette qu'on se fait chier en concert de "Black Metal"...
En bon suceur de Deathlike Silence, tout le monde se la joue trop sérieux avec la mentalité no mosh et oublie le côté no trend. Et MGŁA s'est l'archétype du très bon groupe de studio qui ne sert à rien sur scène(...)


ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)