Spectre of Devastation

Warfect

13/11/2020

Napalm Records

Il y a quatre ans et demi, j’étais assis, un dimanche matin, à parler du troisième album des suédois de WARFECT. Aujourd’hui, quatre ans et demi plus tard, nous sommes encore un dimanche matin, et je me prépare à vous entretenir du quatrième album des suédois de WARFECT. La morale de cette introduction ? Que les suédois sont un groupe de Thrash du dimanche ? Surement pas, puisqu’il n’y a pas de morale à cette introduction, juste une coïncidence amusante qu’il m’a semblé intéressante à souligner, puisque les WARFECT représentent aujourd’hui l’une des forces les plus vives de la scène old-school Thrash scandinave. En 2016, lorsque le phénoménal Scavengers avait ruiné mes esgourdes, j’avais gratifié le trio d’un joli 9/10, pour souligner le caractère indispensable de leur troisième réalisation qui rivalisait alors avec les plus grands classiques du cru. Et aujourd’hui, 15 novembre 2020, je m’apprête à faire la même chose avec Spectre of Devastation et ce, pour une raison bien simple. Malgré la longue attente suscitée par quatre ans d’absence, ce quatrième effort de la bande d’Uddevalla renouvèle les vœux de fidélité prononcés à l’occasion de Scavengers, et nous entraîne une fois de plus dans une magnifique lune de miel de violence, de précision et de savoir-faire extrême. Le groupe a pris son temps pour préparer ce grand soir, j’en conviens, mais rien n’a été laissé au hasard. De la composition à la production, en passant par le mixage et l’artwork, ce nouveau témoignage des scandinaves se place une fois encore en tête de liste des sorties vintage de l’année, et malgré son arrivée tardive, pourrait symboliser le pic de créativité nostalgique d’une vague qui nous engloutit de sa passion.

Toujours mené par le même line-up des deux derniers LPs, avec les deux membres originaux que sont Kris Wallstrom (basse/chant) et Fredrik Wester (guitare/chant), accompagnés par Manne Flood (batterie), présent depuis 2013, WARFECT a confié son talent aux meilleurs, s’offrant une pochette signée par la plume d’Andreas Marschall, une production de Fredrik Wester lui-même, mais surtout, un splendide mixage peaufiné par la référence absolue Flemming Rasmussen, qui confère à ce Spectre of Devastation un polissage extraordinaire sans nuire à sa férocité. Hébergés par l’écurie référentielle Napalm Records, les suédois ont donc mis tous les atouts de leur côté pour soigner leur comeback, et autant dire que la boucherie clinique de ce nouvel album n’a rien à envier à la sauvagerie du classique Scavengers qui avait déterré quelques cadavres pour les planquer dans nos placards. En quatre ans, le combo n’a rien changé à sa formule gagnante, qui repose toujours sur le même principe : utiliser les codes de la Bay-Area et de la Ruhr pour les transposer dans un vocabulaire typiquement suédois, fait de fluidité et d’une précision à couper au cordeau. Et dès l’entame franche et massive de « Pestilence » (le premier single de l’album, illustré d’un beau clip de Mikael Martinsson), tout est dit, et aussi bien qu’avant. Si le morceau en lui-même ne dénote absolument pas dans le répertoire du trio, il marque un regain d’énergie, et souligne surtout de son intro mitraillée à la caisse claire une envie de remettre les choses au point et d’affirmer à nouveau un leadership incontestable.

On reconnaît immédiatement la patte de WARFECT. Les riffs incroyablement fluides et précis de Fredrik Wester, sa voix d’écorché vif à la AT THE GATES, son phrasé impeccable et sa hargne de gorge, mais aussi le coulé grave de la basse de Kris Wallstrom, qui accompagne à merveille les prouesses au kit de l’infatigable Manne Flood. Toujours totalement obsédés par les tempi les plus speed, les suédois n’ont pas l’intention de ralentir la cadence, et nous offrent le meilleur de la brutalité allemande lubrifiée d’une souplesse typiquement américaine, le tout interprété à la suédoise. Ce morceau d’entame, classique au possible, nous rassure donc quant à la santé musicale du groupe, et se rapproche même des dernières réussites de KREATOR avec sa mélodie centrale salement bien amenée. « Rat King » confirme que les BPM ne seront pas utilisés avec parcimonie, et que Manne est bien cette centrale nucléaire qui forme le poumon central du groupe, permettant à ses deux acolytes de faire ce qu’ils veulent de leurs riffs et croches. Et cette façon de transposer l’art des années 80 dans un contexte plus froid des années 90/2000 est vraiment la trademark de ce groupe qui refuse de brader son talent pour sortir un LP par an. Avec une courte salve de blasts pour nous en mettre plein le thorax, quelques dissonances venant troubler le bon équilibre des motifs, et surtout, cette harangue permanente de la langue de Fredrik, Spectre of Devastation continue de creuser la tombe réservée aux copieurs et simples suiveurs, et confirme que les trois suédois sont vraiment les rois en leur pays.

Sans vraiment chercher à changer leur formule, mais en la perfectionnant à chaque étape, abordée avec prudence et intelligence, WARFECT prouve qu’il a quelque chose de plus que la horde nostalgique, et qu’il peut facilement se ranger aux côtés des légendes de MUNICIPAL WASTE, POWER TRIP et autres TOXIC HOLOCAUST. Leaders de cette scène revival, les trois scandinaves jouent constamment avec la frontière du Death, pour proposer des titres qui élargissent la dynamique sans la briser, et avec une tuerie de la trempe de « Left to Rot » et son mid tempo martelé comme à la parade, la variété est encore au rendez-vous, et il nous est impossible de ne pas penser à une union sacrée entre KREATOR et EXODUS. Avec toujours en exergue de petits gimmicks qui les rendent irrésistibles, les trois musiciens passent en revue le haut du panier du Thrash 2K, nous bombardent régulièrement d’informations, et nous proposent donc quelques variations sur le même thème, taquinant les OVERKILL sur leur propre terrain (« Hail Caesar », l’un des inserts les plus chauds et catchy de l’album), pour mieux défier les mythiques INCUBUS en duel de bestialité maîtrisée dans les moindres détails (« Into the Fray », aux accélérations effrayantes).

D’aucuns me diront que le tout sonne classique, et que ce concert de louanges n’est que le résultat d’une subjectivité qui n’a pas lieu d’être. Je répondrai au contraire qu’en tant que fan absolu du genre, je n’excuse jamais les fautes de goût ou les copies un peu trop conformes. Certes, le groupe marque quelquefois le pas, ajoutant quelques blasts pour densifier un classicisme moyen (« Colossal Terror »), mais Kris, Fredrik et Manne ont toujours un tour dans leur sac pour maintenir la tension, et « Witch Burner » de nous rappeler de sa vitesse pourquoi WARFECT est un cas d’école supérieure. On sent évidemment que le groupe se professionnalise avec les années, et qu’il commence à perdre son poil de chien fou, mais les tendances hargneuses dont toujours là, et les morceaux mordent encore salement les mollets. J’espère simplement que l’avenir me réservera encore d’autres dimanche matins aussi plaisants, et que les WARFECT n’attendront pas 2024 pour m’emporter à nouveau dans leur tourbillon.                

                                                                                                                      

Titres de l’album:

01. Spectre of Devastation

02. Pestilence

03. Rat King

04. Left to Rot

05. Hail Caesar

06. Into the Fray

07. Colossal Terror

08. Witch Burner

09. Dawn of the Red


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 26/11/2020 à 17:34
88 %    246

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Vink Dup
@88.126.219.49
03/12/2020, 13:37:54

Excellente chronique !

Il devient rare de nos jours de tomber sur des pepites du genre.

Un album explosif !!

Une bonne continuité depuis Expneration Denied.


LeMoustre
@93.4.16.166
14/12/2020, 11:21:10

Pas mieux, c'est vrai que ce premier album défonçait ce qui se faisait dans le genre à sa sortie. L'aspect plus moderne de Scavengers n'a pas nui à la qualité de la formation. Bref, très bon groupe, à l'énergie live communicatrice.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Bones

Très beau message. Mais si le tissu économique et culturel d'un pays peut-être sacrifié au nom de l'incurie à avoir su prévoir/gérer une pandémie, ce ne sont pas les soubresauts d'un festival, qui plus est de Metal, qui vont fa(...)

18/01/2021, 22:45

KaneIsBack

TL; DR

18/01/2021, 20:14

Gargan

j'ai lu "grand raoult musical". 

18/01/2021, 20:13

Simony

Oui c'est le genre de missive qui ne sert à rien. Après ils se battent pour leur job, c'est très bien mais il n'y aura rien en 2021 et même 2022 est trèèèèès hypothétique. Il faut bien comprendre que ça va (...)

18/01/2021, 18:35

metalrunner

Du vent tout ca le résultat sera clair rien nada nothing peau de zob avec une lettre ou mille;

18/01/2021, 18:27

Jus de cadavre

Clair et précis, c'est bien. Même si la ministre (ni même personne en fait) ne sera capable de répondre quoique ce soit d'utile pour le moment hélas...

18/01/2021, 18:16

Gargan

Il va être dans les listes des meilleurs albums 2021 celui-ci haha ! Le sieur Helwin aux fûts, soit dit en passant.

18/01/2021, 09:53

LeMoustre

Sympa, cette vidéo ! D'ailleurs je recommande la compile de Asshole, très complète et d'un bon niveau. Plein d'anecdotes justes comme celle sur la Fnac, par exemple. 

18/01/2021, 09:06

Bones

Vidéo très sympathique et intéressante ! Dans la bande son des années lycée, ce CYTTOYLP.  Je me vois encore trimbaler ma grosse malette de matos d'arts plastiques dans les transports en commun, sur laquelle j'avais reproduit au feutre(...)

17/01/2021, 22:07

Simony

Excellente vidéo comme d'habitude. Avec les documents d'époque, on replonge encore plus au cœur de la bête.

17/01/2021, 18:43

yaccio

bof aussi plat que d'hab'

16/01/2021, 21:13

RBD

Excellente découverte, d'un mid-tempo lourd qui fait penser aux vieux Death, à Morgoth, à Massacre et à toute la vieille Floride en général et à toutes références de Death Metal un peu lent mais inexorable. Un début de ce (...)

16/01/2021, 19:16

Meuleu

Excellent, The Crown comme je l'aime !

16/01/2021, 17:40

Jus de cadavre

Superbe artwork en tout cas !

16/01/2021, 12:43

Seb

Jle trouve vraiment cool ce morceau.Ca fait un bout de temps que j'avais entendu un morceau aussi bon de leur part !

15/01/2021, 18:24

Moshimosher

Bon, ben, là, ça me fait carrément envie !!! A défaut de la fève, je veux bien la couronne !

15/01/2021, 17:18

Humungus

THE STRUTS ???Mortne2001...WTF ???

15/01/2021, 11:53

Humungus

Mais qu'est-ce que c'est que cette pochette putain ???

15/01/2021, 11:50

Gargan

J'attendais de voir ce nom passer. Totalement adhéré à l'ambiance qui s'en dégage (belles lignes de basse qui plus est), achat direct. kling !

15/01/2021, 08:23

Buck Dancer

100% d'accord avec la chro et Jus de cadavre ! Dans mon top 5 de l'année 2020. Du death metal qui se veut transgressif et repoussant, comme à la grande époque. Et moi, ça me mets en joie... 

15/01/2021, 00:16