Petite introduction, Wikipedia style.

« L’affaire Taman Shud, aussi connue sous le nom de « Mystère de l’homme de Somerton », est une affaire qui n’a jamais été résolue, concernant la découverte d’un cadavre masculin non identifié, à 6 h 30, le 1er décembre 1948, sur la plage de Somerton, près d'Adélaïde, dans le sud de l’Australie. Le nom de l’affaire provient de la phrase « Tamam shud » – signifiant « fini » ou « terminé » en persan – qui figurait sur la dernière page des Rubaiyat d’Omar Khayyam, retrouvée dans une poche de pantalon de la victime. Lorsque les journaux de l'époque ont évoqué l'affaire, les mots « Tamam Shud » ont été mal orthographiés en « Taman Shud », d'où le nom de l'affaire.

Considérée comme « l’un des plus profonds mystères australiens », l’affaire a fait l’objet de nombreuses spéculations qui se poursuivent encore aujourd’hui, concernant l’identité de la victime, les événements ayant conduit à sa mort et les causes du décès. »

Décor planté, nous pouvons y aller. Ces TAMAN SHUD là ne viennent pas d’Australie, mais bien de Londres, UK, mais jouent une musique totalement en adéquation avec le profond mystère qu’ils ont choisi comme patronyme.

Peut-être même encore plus mystérieuse…Ça vous aiguise l’appétit auditif ? Je comprends votre faim de bizarreries et de nouveautés décalées, et croyez-moi, vous allez être copieusement servis.

Non que la musique de ces allumés soit la plus originale et indescriptible que j’ai pu entendre, mais son mysticisme sonore, ses échos se diluant dans un espace différent, et sa lancinance en forme de mantra morbide ont quelque chose d’inextricable qui vous fascine et vous entraine dans un monde…parallèle.

Après un premier LP, Viper Somke, qui dessinait les contours d’un univers assez particulier et personnel, les TAMAN SHUD continuent leur exploration Noisy, avec un second longue durée qu’ils ont présenté lors du Liverpool International Festival of Psychedelia, en avant-première. Et si les amateurs de délires plus ou moins lysergiques commencent à balbutier leur nom lors de transes profondes, il est certain que le « grand public » ignore encore les tenants et aboutissants de cette…affaire.

Moins macabre et insoluble que le fait divers qui lui a servi de base, le dossier Oracle War est tout de même une solide affaire de mysticisme musical, et un labyrinthe d’idées Noise qui erre dans bien des couloirs de styles, au point de définir le sien par ses qualités propres. Si le groupe s’amuse des qualifications et évoque un très opaque Necro Psychedelic Noise, il est certain que les fans de Metal, plus enclins à tout ramener vers le centre de leur monde, y verront un genre de Stoner très discordant et disharmonieux, joué par une bande de punks allumés qui n’auraient pas vraiment compris l’utilité du solfège. Mais dans un désir d’ouverture, et de respect du travail d’autrui, je continuerai de considérer la musique des Anglais comme un amalgame plein, qu’il est finalement assez vain de tenter d’expliquer.

La base est simple, d’apparence. Une rythmique lourde à la base distordue à l’extrême, des riffs un peu trainants et feignants, et surtout, des échos vocaux assez terrifiants en l’état, qui m’ont rappelé en version aphone les délires lyriques de Scott Walker dans sa période la plus horrifique.

Une utilisation du down tempo assez futée, qui accentue l’approche un peu léthargique, de soudaines accélérations modérées pour ne pas trop planer, mais aussi de longs interludes bruitistes assez incongrus, qui les éloignent de fait du Rock pour les rapprocher d’une sorte d’Ambient malsain, abusant d’effets sonores pour accentuer encore plus le malaise ambiant.

Pour avoir une idée visuelle du contenu musical, jetez un coup d’œil à la pochette de l’œuvre, qui semble décrire un monde de bas-fonds fantasmagorique peuplé de créatures sous-marines étranges et menaçantes. Et en s’intéressant de plus ou moins près à la production de l’album, on pourrait presque croire qu’il a été enregistré dans un ancien monde submergé, tant il est blindé d’écho et de réverb…

Le voyage commence par un électrochoc en mid tempo plus ou moins accéléré qui ne fait aucun mystère de ceux qui vous attendent sur les neuf pistes de ce second LP. Sorte de mélange hétéroclite des fumettes d’HAWKWIND, de la nonchalance des SEX SNOBS et de la puissance délétère d’un MASTODON un peu  fatigué, « Oracle War » délivre une mélodie torturée sous la forme d’un lymphome douloureux, qui tente de cavaler de sa rythmique alors même que sa guitare et son chant font tout pour le ralentir.

De jolies stries électriques étouffées à la SONIC YOUTH, quelques contretemps malins pour un Stoner noisy pas vraiment assumé mais qui assomme, et un enchaînement sans transition sur « Nine Knots » qui nous noue à un tempo pataud, qui se fait happer par un son Garage plus vrai que nature, un peu comme si les 13TH FLOOR ELEVATORS se noyaient avec les BREEDERS ou JESUS LIZARD.

Et si « Trench Acana » se prend pour un BLACK SABBATH échappé d’une pièce confinée et enfumée, un peu à la manière d’un KYUSS des années 70 fasciné par des lignes de basse appuyées, si « Sunken Chapel » nous fait le coup du « hit » Noisy Rock pour mieux noyer les voix dans encore plus d’écho et de delay, c’est pour mieux nous déstabiliser sur le long « Slime Liturgy », qui pourra filer de sales cauchemars aux plus sensibles d’entre vous…

Intermède purement Ambient et subtilement oppressant, c’est une incursion dans le monde de l’anti-musicalité rendue musicale, avec des préceptes de Diamanda Galas appliqués une fois de plus aux délires schizophrènes de Scott Walker, perdu au fond du désert et cherchant son Joshua Tree. Certains, aux raccourcis faciles parleront de tentative de singer les EINSTURZENDE NEUBAUTEN en les insérant de force dans un contexte Dark Ambient, les autres apprécieront la tentative, bruitiste certes, inécoutable pour beaucoup, mais en complète osmose avec la démarche de biais des Anglais. Vous retrouverez peu ou prou le même schéma sur le final « Cerulean Exequy », qui ne s’embarrasse même plus d’une forme de musicalité quelconque et qui n’est que feedback et arrangements grondants, mais rassurez-vous, des instants lancinants comme « Aquatic Malign » et son Post Doom à résonance subtilement gothique sous-marine sauront vous séduire d’une basse monotone à la TREPONEM PAL, plongée dans les abysses d’une trame qui rendrait les fans de JESUS AND MARY CHAIN complètement fous.

En somme, TAMAN SHUD propose avec Oracle War une sorte de prédiction funeste sur le destin de l’harmonie entre leurs mains. Celle-ci est malmenée, et quasiment tuée dans l’œuf, mais respecte les codes que les Anglais ont choisi de respecter dans le cadre de leur Noisy Rock psychédélique qui rebutera certainement pas mal d’entre vous.

 Mais un peu d’ouverture et d’immersion dans des mondes différents n’ont jamais fait de mal à personne…A condition de pouvoir tenir le coup lors d’un voyage musical en apnée…Et comme personne n’apportera de réponse claire à tout ça, autant apprécier l’énigme pour ce qu’elle est.


Titres de l'album:

  1. Oracle War
  2. Nine Knots
  3. Trench Acana
  4. Sunken Chapel
  5. Slime Liturgy
  6. God Repeater
  7. Aquatic Malign
  8. Canaan's Jewel
  9. Cerulean Exequy

Bandcamp officiel




par mortne2001 le 03/11/2016 à 10:31
75 %    391

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Beastmaker

Eye of the Storm

Slaughtbbath

Alchemical Warfare

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Electric Shock + Praying Mantis

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Bliss Of Flesh + MÖhrkvlth + Vosegus

28/09 : Espace Leo Ferre, Brest (29)

Alea Jacta Est + Stinky + Wank For Peace

28/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Blood Ages + Pray Manticore + From Dusk To Dawn

28/09 : Ecole Des Filles, L'isle-bouzon (32)

Pictured + Evilness + Gengis

28/09 : La Fontaine De Brocéliande, Saint-péran (35)

Fange + Grist + Verdun

28/09 : Molodoï, Strasbourg (67)

Malkavian + Warband + Shut The Fuck Up

28/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Temple Of Baal + Archgoat + Au Champ Des Morts

28/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Furies + Nemost + No Return

28/09 : Salle Claude Pouillet, Evry-gregy-sur-yerres (77)

Monarch! + Vouna

28/09 : L'hélice, Toulon (83)

Photo Stream

Derniers coms

@humungus : j'ai dû mal m'expliquer. Le type a été balancé du public par dessus la barrière et est retombé bien lourdement derrière quoi. Pas sur ses guiboles... et les gars de la secu l'ont relevé ensuite. ;)


Artwork horrible. En espérant qu'il sera un peu plus solide que le dernier.


1) Inutile de dire que ce report et une fois de plus hyper complet.
Cela devient vraiment lassant d'écrire ça à chaque fois mec...
2) "Pour manger, c’est soit des frites, soit une part de pizza"
QUOÛÛÛAH ?!?!
Pas de stands vegano-pakistanais sur ce genre de fest ? Imp(...)


1) JTDP + 1.
2) "Un spectateur un peu plus chaud que les autres passe par-dessus la barrière suite à un slam qui tourne mal et s'écrase juste devant la scène ! la volée qu'il a pris le mec !"
Donc si j'ai bien suivi, un spectateur passe par dessus les barrières (involontairement qu(...)


Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...


@kairos +1 !


Cool report, comme d'hab' ! Et toujours intéressant de retracer l'historique musical d'une ville ;-)


Si Scott Wino ne peut plus se défoncer en paix, ou va le monde !


DEMONIAC, c'était génial. Surtout le second et troisième album. La suite avec DRAGONFORCE m'avait un peu dépité...


Bah c'est fou car je pensais justement à la future tournée européenne de THE OBSESSED très tôt ce matin et me demandais donc où en était ce brave Wino avec ces anciens soucis scandinaves.
Bah me voilà (malheureusement !) renseigné sur le sujet…
Salauds de norvégiens ! Depuis (...)


Bah ce qui est le plus dingue avec cette immondice qu'est DRAGONFORCE, c'est que ce groupe est né des cendres de DEMONIAC... Jamais compris ça quand on voit la merveille qu'était "Prepare for war".
Comme quoi, il faut de tout pour faire un monde...