Petite introduction, Wikipedia style.

« L’affaire Taman Shud, aussi connue sous le nom de « Mystère de l’homme de Somerton », est une affaire qui n’a jamais été résolue, concernant la découverte d’un cadavre masculin non identifié, à 6 h 30, le 1er décembre 1948, sur la plage de Somerton, près d'Adélaïde, dans le sud de l’Australie. Le nom de l’affaire provient de la phrase « Tamam shud » – signifiant « fini » ou « terminé » en persan – qui figurait sur la dernière page des Rubaiyat d’Omar Khayyam, retrouvée dans une poche de pantalon de la victime. Lorsque les journaux de l'époque ont évoqué l'affaire, les mots « Tamam Shud » ont été mal orthographiés en « Taman Shud », d'où le nom de l'affaire.

Considérée comme « l’un des plus profonds mystères australiens », l’affaire a fait l’objet de nombreuses spéculations qui se poursuivent encore aujourd’hui, concernant l’identité de la victime, les événements ayant conduit à sa mort et les causes du décès. »

Décor planté, nous pouvons y aller. Ces TAMAN SHUD là ne viennent pas d’Australie, mais bien de Londres, UK, mais jouent une musique totalement en adéquation avec le profond mystère qu’ils ont choisi comme patronyme.

Peut-être même encore plus mystérieuse…Ça vous aiguise l’appétit auditif ? Je comprends votre faim de bizarreries et de nouveautés décalées, et croyez-moi, vous allez être copieusement servis.

Non que la musique de ces allumés soit la plus originale et indescriptible que j’ai pu entendre, mais son mysticisme sonore, ses échos se diluant dans un espace différent, et sa lancinance en forme de mantra morbide ont quelque chose d’inextricable qui vous fascine et vous entraine dans un monde…parallèle.

Après un premier LP, Viper Somke, qui dessinait les contours d’un univers assez particulier et personnel, les TAMAN SHUD continuent leur exploration Noisy, avec un second longue durée qu’ils ont présenté lors du Liverpool International Festival of Psychedelia, en avant-première. Et si les amateurs de délires plus ou moins lysergiques commencent à balbutier leur nom lors de transes profondes, il est certain que le « grand public » ignore encore les tenants et aboutissants de cette…affaire.

Moins macabre et insoluble que le fait divers qui lui a servi de base, le dossier Oracle War est tout de même une solide affaire de mysticisme musical, et un labyrinthe d’idées Noise qui erre dans bien des couloirs de styles, au point de définir le sien par ses qualités propres. Si le groupe s’amuse des qualifications et évoque un très opaque Necro Psychedelic Noise, il est certain que les fans de Metal, plus enclins à tout ramener vers le centre de leur monde, y verront un genre de Stoner très discordant et disharmonieux, joué par une bande de punks allumés qui n’auraient pas vraiment compris l’utilité du solfège. Mais dans un désir d’ouverture, et de respect du travail d’autrui, je continuerai de considérer la musique des Anglais comme un amalgame plein, qu’il est finalement assez vain de tenter d’expliquer.

La base est simple, d’apparence. Une rythmique lourde à la base distordue à l’extrême, des riffs un peu trainants et feignants, et surtout, des échos vocaux assez terrifiants en l’état, qui m’ont rappelé en version aphone les délires lyriques de Scott Walker dans sa période la plus horrifique.

Une utilisation du down tempo assez futée, qui accentue l’approche un peu léthargique, de soudaines accélérations modérées pour ne pas trop planer, mais aussi de longs interludes bruitistes assez incongrus, qui les éloignent de fait du Rock pour les rapprocher d’une sorte d’Ambient malsain, abusant d’effets sonores pour accentuer encore plus le malaise ambiant.

Pour avoir une idée visuelle du contenu musical, jetez un coup d’œil à la pochette de l’œuvre, qui semble décrire un monde de bas-fonds fantasmagorique peuplé de créatures sous-marines étranges et menaçantes. Et en s’intéressant de plus ou moins près à la production de l’album, on pourrait presque croire qu’il a été enregistré dans un ancien monde submergé, tant il est blindé d’écho et de réverb…

Le voyage commence par un électrochoc en mid tempo plus ou moins accéléré qui ne fait aucun mystère de ceux qui vous attendent sur les neuf pistes de ce second LP. Sorte de mélange hétéroclite des fumettes d’HAWKWIND, de la nonchalance des SEX SNOBS et de la puissance délétère d’un MASTODON un peu  fatigué, « Oracle War » délivre une mélodie torturée sous la forme d’un lymphome douloureux, qui tente de cavaler de sa rythmique alors même que sa guitare et son chant font tout pour le ralentir.

De jolies stries électriques étouffées à la SONIC YOUTH, quelques contretemps malins pour un Stoner noisy pas vraiment assumé mais qui assomme, et un enchaînement sans transition sur « Nine Knots » qui nous noue à un tempo pataud, qui se fait happer par un son Garage plus vrai que nature, un peu comme si les 13TH FLOOR ELEVATORS se noyaient avec les BREEDERS ou JESUS LIZARD.

Et si « Trench Acana » se prend pour un BLACK SABBATH échappé d’une pièce confinée et enfumée, un peu à la manière d’un KYUSS des années 70 fasciné par des lignes de basse appuyées, si « Sunken Chapel » nous fait le coup du « hit » Noisy Rock pour mieux noyer les voix dans encore plus d’écho et de delay, c’est pour mieux nous déstabiliser sur le long « Slime Liturgy », qui pourra filer de sales cauchemars aux plus sensibles d’entre vous…

Intermède purement Ambient et subtilement oppressant, c’est une incursion dans le monde de l’anti-musicalité rendue musicale, avec des préceptes de Diamanda Galas appliqués une fois de plus aux délires schizophrènes de Scott Walker, perdu au fond du désert et cherchant son Joshua Tree. Certains, aux raccourcis faciles parleront de tentative de singer les EINSTURZENDE NEUBAUTEN en les insérant de force dans un contexte Dark Ambient, les autres apprécieront la tentative, bruitiste certes, inécoutable pour beaucoup, mais en complète osmose avec la démarche de biais des Anglais. Vous retrouverez peu ou prou le même schéma sur le final « Cerulean Exequy », qui ne s’embarrasse même plus d’une forme de musicalité quelconque et qui n’est que feedback et arrangements grondants, mais rassurez-vous, des instants lancinants comme « Aquatic Malign » et son Post Doom à résonance subtilement gothique sous-marine sauront vous séduire d’une basse monotone à la TREPONEM PAL, plongée dans les abysses d’une trame qui rendrait les fans de JESUS AND MARY CHAIN complètement fous.

En somme, TAMAN SHUD propose avec Oracle War une sorte de prédiction funeste sur le destin de l’harmonie entre leurs mains. Celle-ci est malmenée, et quasiment tuée dans l’œuf, mais respecte les codes que les Anglais ont choisi de respecter dans le cadre de leur Noisy Rock psychédélique qui rebutera certainement pas mal d’entre vous.

 Mais un peu d’ouverture et d’immersion dans des mondes différents n’ont jamais fait de mal à personne…A condition de pouvoir tenir le coup lors d’un voyage musical en apnée…Et comme personne n’apportera de réponse claire à tout ça, autant apprécier l’énigme pour ce qu’elle est.


Titres de l'album:

  1. Oracle War
  2. Nine Knots
  3. Trench Acana
  4. Sunken Chapel
  5. Slime Liturgy
  6. God Repeater
  7. Aquatic Malign
  8. Canaan's Jewel
  9. Cerulean Exequy

Bandcamp officiel




par mortne2001 le 03/11/2016 à 10:31
75 %    316

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Palehørse

Palehørse

Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Gorgon

Elegy

Parad1gm

Parad1gm

Laceration

Remnants

Dragon's Daughters

Tits on Fire

Ad Patres

A Brief Introduction to Human Experiments

Suzi Quatro

No Control

Beast In Black

From Hell With Love

Manowar

The Final Battle 1 (E.P)

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Crippled Black Phoenix I Villingen-Schwenningen

Simony / 16/04/2019
Cold Wave

EVERGREY - Le Gibus - Paris

Kamel / 15/04/2019
Evergrey

LA CAVE : une sélection d'albums Metal Extreme #1

Jus de cadavre / 02/04/2019
Metal Extrême

Concerts à 7 jours

+ Sortilège

19/04 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Bah c'est une pochette de Prog quoi...


Cette pochette est comment dire ... ... ...


C'est une histoire de dingue là... Je comprend pas trop le but de ce genre d'arnaque en fait... C'est pas en vendant 3 albums de groupes totalement underground qu'on fait du fric bordel !?


Une plus grande exposition à l'internationale tout simplement. Si ça marche, l'aspect financier suivra mais ce ne sera qu'une conséquence indirecte. La médiatisation prime avant tout. Pour ce qui est de leur revendication comme tu dis, si tu regardes les commentaires de cette new sur leur facebo(...)


Sans compter le fait que les mecs de Metal Bastard Enterprises (Oliver et ralf Schaffelhuber) sont ceux qui ont fait le célèbre label rip off Turbo records/Turbo Music ! mais aussi Braincrusher records, Metal age, sont aussi ceux qui ont fait un label qui sortait des groupes de RAC néo nazi nom(...)


Oui Goughy, ce sont clairement des classiques, c'est indiscutable.
Loin de moi l'idée de descendre les albums qui ont précédé ce Russian.
Je voulais dire que les journalistes avaient un peu eu tendance à les faire passer pour les "seuls" classiques des allemands. Et c'est vrai qu'Ac(...)


Je suis bien content que quelqu'un aie pu y aller. Je suis encore vert que la date dans le Midi ait été annulée deux jours avant, je la guettais depuis des mois, réservation et tout... C'est la deuxième fois que je rate Soft Kill notamment sur annulation.


Quelque chose m'échappe totalement dans la démarche : ils ont toujours revendiqué d'être "à part" et là ils signent sur un label impersonnel. Il va falloir qu'ils m'expliquent ce qui a pu les motiver à quitter un label aussi pointu que Prophecy, hormis de basses considérations financières.


Je n'ai jamais vraiment écouté Accept, à part Balls... et encore, (je ne sais même pas vraiment pourquoi en fait... c'est pas ma génération on va dire...), mais vos coms de passionnés donne envie de s'y pencher un peu plus sérieusement.


Eh ben merci à Metalnews et à toi Monsterman, vous relancez un débat que j'ai avec moi même et quelques amis sur la place de cet album dans la discographie d'Accept (avec Udo hein, restons sérieux).
Pour l'instant il est derrière le quatuor indiscutable (j'ajoute "Breaker" aux trio que t(...)


En me relisant, je me suis mal exprimé : je voulais dire que j'ai fait écouter cet album il y a 4 ou 5 ans à un vieux fan de Heavy qui était totalement passé à côté... eh bien il avait pris SA CLAQUE ! Voilà le souvenir qui revient. :-)
un album qui a sacrément bien vieilli !


Sans doute le meilleur Accept. Le plus mur, le mieux produit...
des textes monstrueux et bien plus affutés que chez la concurrence (lisez attentivement ceux de "Heaven is hell" ou "TV War")...
cet album est un must à écouter à fort volume ! Tuerie de prod !!
Souvenir d'un pote (...)


Jamais accroché à ce groupe... Et ce n'est pas leurs dernières productions qui ont pu me faire changer d'avis. Néanmoins, très chouette live-report ! Bienvenue Kamel ! :-)


Groupe vu sur la tournée d'In Search of Truth, depuis je trouve que le groupe tourne en rond se reposant trop sur la voix exceptionnelle de son chanteur. Mais en live si je peux les revoir... j'hésiterais pas une seconde.
Bienvenue à Kamel !


Bienvenue à Kamel dans l'équipe!


Je pense que ça vient du fait que le groupe "travail" (ils sont payés quoi) et que c'est donc un visa particulier qu'il faut et non un simple visa touristique. En fait si j'ai bien compris il n'y a pas eu de refus de visa mais un retard (c'est très long les délais apparemment) et du coup le grou(...)


Pourquoi ?


Quel dommage pour Gorod.

Pour une fois, j'aimerais bien savoir ce qui motive un refus de visa. Est ce que c'est parceque c'est lié à un visa de tourisme vs un visa de travail ?

ça me fait beaucoup penser au problèmes de visa qui ont fait que Morbid Angel ont du annuler (...)


Tiens, tiens... Turbo music était déjà salement réputé à l'époque. Rip-off d'un jour, rip-off toujours...


de plus en plus naïf et limite ridicule le pauvre DT...